Yaphet Kotto, qui a joué le méchant de Bond et membre d’équipage «  Alien  », décède à 81 ans

Vues: 9
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 49 Second

M. Kotto avait environ 16 ans lorsqu’il a abandonné ses études secondaires à New York, a dit à ses parents qu’il chercherait un emploi et a commencé à passer ses journées au cinéma en secret – une fois pour assister à une projection de Times Square sur «On the Waterfront». (1954). C’était sa première Marlon Brando film, et cela l’a laissé complètement transformé.

«Je ne pouvais pas parler. C’était comme si quelqu’un m’avait frappé au ventre », a-t-il dit plus tard au Orange County Register. «C’était comme si quelqu’un s’était écrasé des cymbales dans les deux oreilles. J’ai été expulsé du théâtre. J’ai su à partir de ce moment-là que je voulais être acteur.

M. Kotto a déclaré avoir vu des aperçus de lui-même dans le personnage de Brando, un jeune homme provocant qui a du mal à entrer en contact avec des femmes et des collègues dockers. Son père était un ouvrier du bâtiment juif du Cameroun, sa mère une infirmière catholique et officier de l’armée du Panama, et il a grandi comme l’un des seuls garçons portant une kippa à Harlem, et comme l’un des seuls étudiants afro-américains dans un établissement à prédominance irlandaise. école dans le Bronx.

Il a ensuite étudié le théâtre et a pratiqué sa diction avec un magnétophone, atteignant une notoriété nationale en 1969 après avoir remplacé James Earl Jones en tant que star de Broadway de «The Great White Hope», basé sur la vie de Jack Johnson, le premier poids lourd du monde noir. champion.

L’année suivante, il a joué à l’écran dans «La libération de LB Jones», jouant un jeune homme qui retourne dans sa ville natale du sud et tue un policier blanc qui l’avait brutalisé des années plus tôt. M. Kotto a crédité le film pour avoir contribué à inspirer le genre Blaxploitation, racontant le gros problème, un journal de rue britannique: « Personne n’avait vu un homme noir tuer un homme blanc à l’écran avant cela. »

Comme l’a dit M. Kotto, il était «l’opposé» de Sidney Poitier, qui était devenu l’une des premières stars noires d’Hollywood tout en assumant des rôles de film dignes et sobres. Au lieu de cela, il a pris des rôles dans lesquels des personnages noirs ont ciblé des espions, chassé des voleurs de banque, sont allés dans l’espace et ont combattu leurs homologues blancs de front.

«Mon journaliste m’a dit un jour:« Nous ne savons pas comment vous vendre. Dans votre dernière photo, vous avez jeté un homme blanc dans la batteuse. Les gens pensent que vous êtes méchante », a-t-il rappelé dans un discours prononcé en 1976 devant une organisation de femmes journalistes noires. « Mais les Noirs voient mes films et disent » – il a fait une pause, laissant le public terminer sa phrase – « tout de suite. »

M. Kotto a joué le rôle du méchant Kananga, un dictateur et trafiquant de drogue des Caraïbes également connu sous le nom de M. Big, dans «Live and Let Die» (1973), le premier film de Bond à jouer Roger Moore. Après avoir essayé de tuer 007 dans une ferme de crocodiles puis dans un aquarium de requins, son personnage est forcé pour avaler une pastille de gaz comprimé, le faisant exploser comme un ballon éclaté.

Il a ensuite reçu une nomination aux Emmy pour le meilleur acteur de soutien, en tant que dictateur ougandais Idi Amin dans le téléfilm «Raid on Entebbe» (1977), et a obtenu certaines des meilleures critiques de sa carrière pour «Blue Collar» de Paul Schrader (1978), en tant que travailleur de l’automobile de Detroit qui vole son siège social avec Richard Pryor et Harvey Keitel. M. Kotto a livré «une force et un charme qui volent les images», a écrit le critique de cinéma Andrew Sarris.

Plus tard, il est apparu aux côtés d’Arnold Schwarzenegger dans le film d’action dystopique «The Running Man» (1987), a joué un agent du FBI poursuivant Robert De Niro et Charles Grodin dans «Midnight Run» (1988) et a joué le rôle du lieutenant de police de Baltimore Al Giardello dans le drame NBC «Homicide: Life on the Street», qui a duré sept saisons dans les années 1990.

À ce moment-là, il était bien connu pour jouer les gros – un détenu de prison face à Robert Redford dans «Brubaker» (1980), un détective de police dans «The Star Chamber» (1983) – et était prêt à assumer des rôles plus sensibles, notamment comme une piste romantique. «On m’appelle toujours puissant, encombrant ou imposant», a-t-il dit le soleil de Baltimore. «Ou ils disent que je remplis une pièce. Je suis un Noir de 200 livres, 6 pieds et 3 pouces. Et je pense que j’ai cette image d’un monstre.

Sa réputation de dur à cuire repose en partie sur «Alien» (1979), le film de science-fiction et d’horreur historique du réalisateur Ridley Scott. M. Kotto a joué l’ingénieur Parker, voyageant sur le vaisseau spatial Nostromo avec un équipage par ailleurs entièrement blanc qui comprenait Sigourney Weaver et John Hurt, qui devient l’hôte d’un extraterrestre parasite.

L’une des séquences les plus effrayantes du film a vu M. Kotto essayer de retenir Hurt en tant qu’alien perce sa poitrine dans une éruption de sang – une séquence qui a véritablement choqué M. Kotto, bien qu’il ait été informé que quelque chose d’inhabituel était sur le point de se produire par des membres d’équipage portant «des lunettes et des blouses blanches».

«Je pensais que c’était un événement peu coûteux et abusif. . . . J’étais debout trois nuits en pensant que je devrais peut-être quitter l’industrie et devenir avocat ou quelque chose du genre », a-t-il déclaré au site Web de divertissement Nerdist. en 2019. «Mais je ne savais pas que nous venions d’entrer dans l’histoire. Plus tard, quand nous sommes allés au théâtre, les gens sortaient en courant du théâtre en hurlant, et j’ai réalisé que nous avions fait quelque chose de spécial. Mais à l’époque, cela ressemblait à un truc bidon avec du sang et du sang.

Samuel Frederick Kotto est né à New York le 15 novembre 1939, selon son agent, et a adopté le nom hébreu Yaphet à un jeune âge. Dans son récit, son père était un descendant de la royauté camerounaise. Ses parents se sont séparés quand il était enfant et il a été élevé par ses grands-parents maternels.

M. Kotto a joué Othello dans une production théâtrale régionale à Cape Cod et a fait ses débuts au cinéma avec un petit rôle dans «Nothing But a Man» (1964), sur un couple noir confronté à la discrimination dans le Sud. Un an plus tard, il était à Broadway, avec un second rôle dans «The Zulu and the Zayda», une comédie musicale se déroulant à Johannesburg.

Il a joué dans des épisodes de « The Big Valley » et « Mannix » et est apparu dans des films tels que « The Thomas Crown Affair » (1968), « Bone » (1972) et « Across 110th Street » (1972) avant de réaliser  » The Limit »(1972), dans lequel il incarne un policier de Los Angeles qui affronte un gang de motards.

M. Kotto a déclaré plus tard qu’il avait peur d’être classé après «Alien» et a refusé deux rôles qui l’auraient ramené dans l’espace: Lando Calrissian dans le film Star Wars «L’Empire contre-attaque» et le capitaine Jean-Luc Picard dans «Star Trek: la nouvelle génération.» Ses rôles ultérieurs étaient plus terrestres et comprenaient un retour sur scène dans les productions de 1990 de August Wilson’s «Fences», dans le West End de Washington et de Londres.

Ses mariages avec Rita Dittman et Toni Pettyjohn se sont soldés par un divorce et, en 1997, il a épousé Thessa Sinahon, une ancienne cuisinière et secrétaire des Philippines. Il avait six enfants, mais des informations complètes sur les survivants n’étaient pas immédiatement disponibles.

M. Kotto est apparu dans plus de 90 productions cinématographiques et télévisuelles et a déclaré qu’il était régulièrement approché dans la rue par des gens qui le reconnaissaient. «Ils ne peuvent pas penser à la photo dans laquelle ils m’ont vu», a-t-il déclaré au Sun en 1993, «mais ils me connaissent. C’est bon. Cela signifie que je deviens une institution.

#Yaphet #Kotto #qui #joué #méchant #Bond #membre #déquipage #Alien #décède #ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *