Un guide des plus récents «  actifs sûrs  » d’Europe et de la concurrence des bons du Trésor américain

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 36 Second

1. Pourquoi est-ce un gros problème?

L’émission de dette adossée au niveau régional est sur le point d’exploser. Dans le cadre de son programme de financement sur quatre ans, les 69 milliards d’euros d’obligations en circulation de l’UE pourraient être multipliés par 15 ou plus. Les titres à l’échelle de l’UE ont le potentiel d’usurper les Bunds publics allemands en tant que colonne vertébrale du marché du crédit de la zone euro et de refléter le rôle joué par les bons du Trésor sur le marché de la dette en dollars. La position de l’euro en tant que monnaie majeure pourrait être renforcée, car les mécanismes nécessaires pour émettre une dette conjointe atténueraient les préoccupations de longue date concernant les risques structurels et les divisions politiques de l’Union. Pour certains pays de l’UE, un actif émis conjointement et souscrit par tous les membres peut briser la soi-disant boucle funeste en réduisant l’exposition des banques à la dette émise par leur propre pays et leur dépendance à l’égard de celle-ci.

2. Qu’est-ce qu’un «actif sûr» et pourquoi est-il important?

Un actif sûr est un titre qui sert de référence pour évaluer toutes les obligations dans une devise particulière. Les investisseurs exigent une prime, ou spread, pour détenir d’autres dettes plus risquées. Les actifs sûrs ont tendance à augmenter lorsque les marchés s’effondrent, car en période de turbulence, les gens se tournent vers des investissements dont ils sont convaincus que cela durera. Un actif sûr doit être hautement liquide et disponible dans une large gamme de maturités. Les idées précédentes pour créer un actif sûr en Europe ont échoué sur des questions sur la façon de répartir les emprunts à l’échelle régionale entre des pays de taille et de puissance économique différentes.

3. Quels avantages cela apporterait-il?

Plus de stabilité et de standardisation sur les marchés européens, puisque les pays membres seraient en mesure de fixer le prix des obligations par rapport à une mesure au lieu d’une variété. L’Allemagne évalue actuellement les billets souverains contre des bunds, l’Italie et l’Espagne utilisent leurs propres obligations, tandis que les petits pays et les émetteurs d’obligations d’entreprises utilisent des mid-swaps, un taux d’intérêt dérivé du marché. Plus généralement, l’objectif de l’UE consistant à créer une véritable et profonde union des capitaux ne sera couronné de succès que si les marchés régionaux deviennent moins fragmentés. Un actif sûr représenterait une étape majeure vers cet objectif.

4. Y aurait-il une demande?

Beaucoup, à en juger par la première vente d’obligations pour le programme d’emplois d’urgence en octobre 2020. L’offre d’obligations sociales a attiré plus de 233 milliards d’euros de commandes, probablement la plus importante jamais réalisée pour un accord de dette. La vente de 17 milliards d’euros du bloc a été presque 14 fois souscrite. Contribuer à stimuler la demande de titres de l’UE: la Banque centrale européenne est en mesure d’acheter jusqu’à 50% des émissions de l’Union, plus que pour les marchés nationaux, offrant un filet de sécurité garanti.

5. Quel est le problème avec les bunds allemands?

La dette publique allemande est certes sûre (elle est notée AAA par les principaux fournisseurs de notation) mais elle n’est pas suffisante. L’Italie, la France et l’Espagne émettent toutes plus d’obligations que l’Allemagne. Les Bunds sont également chers; les rendements sur une note de référence à 10 ans sont d’environ -0,3%, ce qui signifie que les investisseurs qui ont l’intention de détenir les obligations jusqu’à l’échéance risquent de subir une perte. Les rendements des obligations françaises, considérées comme la meilleure comparaison avec la dette de l’UE, se situent autour de 0%. En outre, les bunds sont, de par leur nature même, souscrits par un seul pays, tandis qu’un actif sûr paneuropéen serait soutenu par les 27 États membres.

6. Qu’arriverait-il aux coûts d’emprunt?

Pour les pays dont les notations de crédit sont moins élevées, les coûts pourraient baisser considérablement, donnant un coup de pouce à leurs économies. La dette actuellement émise par des pays très endettés comme l’Italie se négocie à une forte prime associée à leur risque de crédit. Cette prime est transmise aux banques qui la répercutent ensuite sur les entreprises qui ont besoin de prêts. Les banques pourraient utiliser des actifs adossés à l’UE comme garantie, ce qui leur permettrait de prêter aux entreprises à des taux inférieurs. Un actif sûr peut également faire baisser le coût de l’émission d’obligations souveraines. Les obligations sociales d’octobre étaient évaluées à 36,7 points de base par rapport aux bunds, ce qui donne une indication du montant que les émetteurs de dette souveraine tels que l’Italie pourraient épargner.

7. Est-ce une bonne nouvelle pour les investisseurs?

Un havre de stabilité serait le bienvenu pendant les épisodes de volatilité, tandis qu’une liquidité abondante offrirait la flexibilité d’ajuster les portefeuilles et de se diversifier. Il y a aussi le fait que les défauts de paiement seraient hautement improbables, même si les tensions au sein de l’UE et de sa monnaie unique ne peuvent être exclues. D’un autre côté, un actif sans risque pourrait encourager l’exubérance et gonfler les bulles de marché. Et en rétrécissant les spreads dans la région, les investissements pourraient être évincés car l’argent se détourne de la dette européenne et recherche des rendements plus élevés ailleurs. On craint également qu’elle puisse concurrencer la dette souveraine de la région.

8. Qu’est-ce qui pourrait entraver un actif sûr européen?

Il y a toujours une chance que l’UE revienne à sa position antérieure à l’expiration du plan quadriennal, ce qui signifie que le volume de titres serait insuffisant pour atteindre le statut d’actif sûr. Et si l’UE est notée AAA par Moody’s et Fitch, S&P ne l’a que AA. Les stratèges de Goldman Sachs Group Inc. ont fait valoir que les obligations d’actifs sûrs de l’UE ne correspondraient pas à la «valeur d’assurance» offerte par les bunds contre les perspectives de risque extrême, telles que l’éclatement de la zone euro, de sorte qu’elles se négocieraient à des niveaux similaires à la dette publique française. . Les critiques affirment que toute nouvelle obligation paneuropéenne risque d’être considérée comme un exercice de «déguisement», conçu pour protéger une dette souveraine plus forte contre les effets négatifs des défauts potentiels dans les pays périphériques. Ensuite, il y a la division politique au sein du bloc: les 27 parlements nationaux doivent approuver le fonds de sauvetage en cas de pandémie. La Pologne a déclaré qu’elle utiliserait son veto si le bloc continuait à empiéter sur sa souveraineté. Il y a aussi une affaire judiciaire en Allemagne qui pourrait retarder les choses.

9. Que se passe-t-il si et quand les pays approuvent le fonds?

L’UE doit vendre sa dette – et rapidement. L’objectif est de commencer en juin, via un processus connu sous le nom de syndication, et de vendre aux enchères des obligations pour la première fois à partir de septembre en utilisant une plate-forme pour se connecter à un réseau de courtiers bancaires primaires. L’objectif est de 150 à 200 milliards d’euros par an de nouvelles émissions jusqu’en 2026, avec une courbe des taux s’étendant sur 30 ans. L’UE souhaite également émettre des titres de créance à très court terme pour lever des fonds rapidement.

10. Dans quelle mesure ce sera vert?

Près d’un tiers du fonds de relance – jusqu’à 250 milliards d’euros – sera composé d’obligations vertes, destinées uniquement au financement de projets respectueux de l’environnement. De par son ampleur, cela fera de l’UE le leader mondial de la dette ESG. Pourtant, le bloc doit aplanir sa norme d’obligation verte, qui, espère-t-il, deviendra une référence mondiale – ce qui n’est pas une mince affaire étant donné que les États membres comme la Pologne dépendent toujours fortement des combustibles fossiles.

#guide #des #récents #actifs #sûrs #dEurope #concurrence #des #bons #Trésor #américain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *