Taux hypothécaires du 18 mars

Vues: 9
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 33 Second

Freddie Mac, l’investisseur hypothécaire à charte fédérale, regroupe les taux d’environ 80 prêteurs à travers le pays pour établir des taux hypothécaires nationaux moyens hebdomadaires. Il utilise des taux pour les emprunteurs de haute qualité avec des cotes de crédit solides et des acomptes importants. En raison des critères, ces taux ne sont pas disponibles pour tous les emprunteurs.

L’enquête est basée sur les prêts hypothécaires à l’achat d’une maison, ce qui signifie que les taux de refinancement peuvent être plus élevés. L’ajustement de prix pour les opérations de refinancement qui est entré en vigueur en décembre ajoute au coût. L’ajustement, qui s’applique à tous les refinancements de Fannie Mae et Freddie Mac, est de 0,5% du montant du prêt. Cela équivaut à 1 500 $ sur un prêt de 300 000 $.

La moyenne des taux fixes sur 15 ans est passée à 2,40% avec une moyenne de 0,7 point. C’était 2,38% il y a une semaine et 3,06% il y a un an. La moyenne des taux ajustables sur cinq ans est passée à 2,79% avec une moyenne de 0,3 point. Il était de 2,77% il y a une semaine et de 3,11% il y a un an.

«Les taux hypothécaires ont encore augmenté cette semaine, poursuivant leur ascension pour atteindre leurs plus hauts niveaux en un an», a déclaré Matthew Speakman, un économiste de Zillow. «La pression à la hausse sur les taux hypothécaires devrait persister, car une activité économique accrue et une inflation plus forte tendent toutes deux à faire monter les taux. La mise en œuvre d’une nouvelle politique de l’Agence fédérale de financement du logement a également alimenté les augmentations de cette semaine. La politique limite la façon dont [big] la part du portefeuille de Fannie Mae et Freddie Mac que peuvent comprendre les prêts associés aux immeubles de placement ou aux résidences secondaires. Les prêteurs qui détenaient une plus grande part de ces prêts ont dû augmenter rapidement les taux qui leur étaient associés pour réduire leurs ratios. »

La Réserve fédérale a conclu sa réunion mercredi, laissant son taux de référence intact. Le président de la Fed, Jerome H. Powell, a déclaré après la réunion que la Fed aurait besoin de voir une croissance constante et soutenue des prix et une forte baisse du chômage avant de discuter des modifications des taux d’intérêt ou de ses achats mensuels d’obligations.

Bien que la Réserve fédérale ne fixe pas les taux hypothécaires, ses politiques peuvent les influencer. Depuis le début de la pandémie, la Fed achète chaque mois 120 milliards de dollars d’obligations, ce qui a maintenu les taux hypothécaires à la baisse.

«La déclaration d’aujourd’hui n’indiquait aucun changement dans les plans de la Fed de continuer à acheter 120 milliards de dollars par mois de bons du Trésor à plus long terme et [mortgage-backed securities]», A déclaré Mike Fratantoni, économiste en chef de la Mortgage Bankers Association. «Cependant, nous nous attendons à ce que l’économie fasse de nouveaux progrès substantiels d’ici la fin de cette année, ce qui signifie probablement le potentiel pour le début, ou du moins l’annonce, d’une réduction de ces [qualitative-easing] achats. »

En 2013, lorsque le président de la Fed de l’époque, Ben Bernanke, a annoncé que la banque centrale réduirait son programme d’achat d’obligations, le résultat « crise de colère»A fait monter en flèche les taux hypothécaires.

Bien que les taux soient quelque peu contrôlés par le programme d’achat d’obligations de la Fed, la hausse des rendements obligataires à long terme a exercé des pressions à la hausse ces derniers temps. Le rendement du Trésor à 10 ans a été sur une larme. Il a atteint un sommet de 13 mois de 1,64 pour cent vendredi et est resté au-dessus de 1,6% depuis.

«Les signes économiques indiquent un retour à la normale après la pandémie, un développement bienvenu à l’approche du printemps», a déclaré George Ratiu, économiste principal chez Realtor.com. «Cependant, une bonne nouvelle pour l’économie signifie également un changement de direction loin des obligations pour de nombreux investisseurs, ce qui se traduit par des taux plus élevés qui devraient rester pour le reste de 2021. Alors que nous prévoyons que les taux resteront favorables, en particulier à la lumière des tendances historiques , le mouvement à la hausse plafonne les budgets de nombreux acheteurs et réduit leur capacité à se qualifier pour des maisons plus chères. »

Bankrate.com, qui publie un hebdomadaire indice de tendance des taux hypothécaires, a constaté que les experts interrogés étaient presque également divisés sur la direction des taux dans la semaine à venir. Environ un tiers ont dit qu’ils augmenteraient, un autre tiers a dit qu’ils baisseraient et un autre tiers a dit qu’ils resteraient à peu près les mêmes.

Ken H. Johnson, économiste de l’immobilier à l’Université Florida Atlantic, a déclaré qu’il s’attend à ce que les taux restent inchangés cette semaine à venir.

«De nombreuses banques centrales du monde entier reconnaissent les opportunités d’arbitrage et achètent des bons du Trésor américain à 10 ans pour couvrir leurs positions d’emprunt locales à des taux beaucoup plus bas», a-t-il déclaré. «Cette demande inattendue de dette américaine impose un plafond temporaire aux rendements des bons du Trésor américain à 10 ans et aux taux hypothécaires américains à long terme. Les taux hypothécaires à long terme aux États-Unis devraient rester stables jusqu’à ce que la demande des banques centrales étrangères pour ces billets recule. »

Pendant ce temps, la hausse des taux a freiné les refinancements, ce qui a entraîné une baisse des demandes de prêt hypothécaire la semaine dernière. Selon les dernières données de la Mortgage Bankers Association, l’indice composite du marché – une mesure du volume total des demandes de prêt – a diminué de 2,2% par rapport à la semaine précédente. Bien que l’indice d’achat ait augmenté de 2% par rapport à la semaine précédente, l’indice de refinancement a chuté de 4%. La part de refinancement de l’activité hypothécaire représentait 62,9% des demandes.

«Le marché du logement au printemps est bien parti, la demande des acheteurs étant tirée par l’amélioration du marché du travail, la hausse des perspectives économiques et la vague continue de ménages millénaires intéressés à acheter leur première maison», a déclaré Bob Broeksmit, président et chef de la direction de MBA. «Les demandes d’achat ont encore augmenté la semaine dernière sur une base hebdomadaire et annuelle. Les demandes de refinancement d’une maison sont tombées au plus bas niveau d’activité depuis septembre dernier. Alors que les taux hypothécaires continuent de grimper par rapport aux récents creux records, le nombre de propriétaires qui peuvent bénéficier d’un refinancement diminue. »

#Taux #hypothécaires #mars

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *