Pourquoi les manifestants sont de retour dans les rues en Thaïlande

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:58 Second

Les autorités intensifient considérablement l’utilisation de la loi contre les insultes royales, ce qui peut entraîner une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison. Des dizaines de militants qui ont participé aux manifestations faisaient l’objet de poursuites royales en diffamation, suscitant les critiques des experts des droits des Nations Unies. Arnon et Parit Chiwarak, l’auteur des 10 demandes, ont été arrêtés et relâchés à plusieurs reprises depuis mi-2020 pour diverses charges. Eux et une douzaine d’autres dirigeants accusés de diffamation royale ont été détenus pendant des semaines avant d’être libérés sous caution. Prayuth a remis en question le financement et la légitimité du mouvement, mais a déclaré que la police n’utiliserait pas la force contre des manifestants pacifiques. Après plusieurs retards, le parlement soutenu par l’armée a approuvé en juin un projet de loi qui ouvrirait la voie à un référendum sur la modification de la constitution, comme requis avant toute refonte. Mais pour l’instant, les législateurs ont ignoré les changements radicaux demandés par les manifestants en faveur d’une modification mineure des règles électorales qui profiterait aux grands partis, y compris celui qui soutient Prayuth.

#Pourquoi #les #manifestants #sont #retour #dans #les #rues #Thaïlande

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *