Pourquoi la rupture de Covid de la Fed pour les banques est désormais liée

Vues: 9
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 23 Second

1. Quel est le ratio d’endettement supplémentaire?

C’est une norme développée par les régulateurs bancaires mondiaux après la crise financière de 2008. Cela oblige les banques à mettre de côté plus de capital à mesure que leurs actifs croissent. Contrairement aux règles d’avant la crise, il ne permet pas aux banques d’ajuster la réserve de capital en fonction de leur jugement sur le risque de leurs avoirs – c’est-à-dire que détenir des actifs sûrs comme les bons du Trésor ne réduit pas l’exigence.

2. Que s’est-il passé en mars 2020?

Tellement de! Alors que la portée des verrouillages contre les coronavirus devenait claire, les prix des actifs ont plongé et les marchés ont commencé à se resserrer, y compris le marché des bons du Trésor, considéré comme une cheville ouvrière du système financier mondial. Parallèlement à la réduction des taux d’intérêt à près de zéro, la Fed a commencé des achats massifs et rapides de bons du Trésor et d’autres titres.

3. Qu’est-ce que cela avait à voir avec les banques?

Lorsque la Fed achète des bons du Trésor à un gestionnaire de fonds, ces titres deviennent un actif du bilan de la banque centrale. Le vendeur dépose l’argent qu’il a reçu dans une banque, et la banque l’ajoute dans de nombreux cas aux réserves qu’elle détient à la Fed. Cela fait de l’argent un actif pour cette banque et un passif pour la Fed. En d’autres termes, les gros achats de la Fed ont stimulé les niveaux d’actifs des banques américaines. Si le SLR avait été laissé en place, ces actifs accrus auraient obligé les banques à mettre de côté plus de capital sous forme de réserves.

4. Pourquoi cela aurait-il été un problème?

La dernière chose que la Fed souhaitait pendant cette période critique était que les banques retirent de l’argent de l’économie. Cela a donc assoupli le SLR afin que les excédents de capital des banques puissent être déployés dans les entreprises et les ménages en difficulté. La perturbation continue des bons du Trésor a également été un facteur majeur dans la décision. Cette décision a permis aux banques d’aider à stabiliser ce marché, tout en maintenant le financement des accords d’emprunt à court terme appelés accords de mise en pension.

5. De quoi s’agit-il maintenant?

Alors que les régulateurs disent qu’ils se demandent toujours s’il faut laisser la dérogation en place, Wall Street plaide énergiquement pour une prolongation. Les dirigeants soulignent que la douleur du coronavirus est loin d’être terminée et JPMorgan Chase & Co.a averti qu’il pourrait devoir éviter les dépôts des clients si des règles plus strictes étaient rétablies. Selon certaines mesures, cette rupture a permis aux banques d’élargir leur bilan jusqu’à 600 milliards de dollars. Les analystes ont également déclaré que les récents épisodes de négociation sauvage sur le marché du Trésor de 21 billions de dollars pourraient être liés aux craintes que les banques soient obligées de détenir moins de dette publique, voire de vendre des centaines de millions de dollars de leurs avoirs.

6. Quel est l’argument contre cela?

Dans l’esprit de certains, la Fed a créé son propre problème politique en assouplissant les restrictions sur les distributions de liquidités des banques qu’elle avait mises en place au début de la pandémie. Les banques rachètent maintenant des actions et distribuent du capital aux actionnaires ou, en termes de SLR, réduisent volontairement leur numérateur. Il va de soi, alors, qu’ils pourraient se permettre de faire revenir le dénominateur à sa forme habituelle. C’est l’argument de Warren et de son collègue sénateur démocrate, Sherrod Brown. Dans une lettre aux régulateurs, ils ont fait valoir que «dans la mesure où la capacité des banques à accepter les dépôts des clients et à absorber les réserves en raison des exigences de levier financier suscite des inquiétudes, les régulateurs devraient suspendre les distributions de capital des banques. Les banques pourraient financer la croissance de leur bilan en partie avec le capital qu’elles envoient actuellement aux actionnaires et aux dirigeants. »

#Pourquoi #rupture #Covid #Fed #pour #les #banques #est #désormais #liée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *