Pourquoi Big Tech veut (certaines) règles de reconnaissance faciale

Vues: 15
0 0
Temps de lecture:1 Minute, 12 Second

L’UE a proposé de nouvelles règles qui exigeraient que tout système de reconnaissance faciale soit soumis à des audits par des organismes externes avant d’être déployé dans la région pour s’assurer qu’ils n’entraîneront pas de discrimination. Pour les forces de l’ordre, les fonctionnaires de l’UE ont interdit l’utilisation de la reconnaissance faciale en temps réel et d’autres systèmes d’identification biométrique à distance, à moins qu’ils ne soient utilisés pour empêcher une attaque terroriste, retrouver des enfants disparus ou faire face à d’autres urgences spécifiques de sécurité publique. Les règles, qui doivent encore être approuvées par le Parlement européen et les États membres du bloc avant de devenir loi, ont déjà été repoussées par les défenseurs des droits, avertissant que le projet autorise trop d’exceptions. Aux États-Unis, des projets de loi impliquant la reconnaissance faciale ont été introduits dans 11 législatures d’État, allant d’une interdiction proposée de l’utilisation en temps réel de la technologie au Michigan à une exigence que les magasins du Vermont informent les consommateurs si un système est utilisé. Une poignée de villes, dont San Francisco et Cambridge, dans le Massachusetts, ont interdit l’utilisation de la technologie par leur police ou par d’autres agences. Au niveau fédéral, les législateurs des deux principaux partis ont discuté de projets de loi visant à imposer un moratoire sur l’adoption de systèmes de reconnaissance faciale par les agences gouvernementales, mais aucun n’a avancé.

#Pourquoi #Big #Tech #veut #certaines #règles #reconnaissance #faciale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *