Parler sera rétabli dans l’App Store d’Apple avec des modifications de modération

Vues: 12
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 26 Second

Parler a déclaré dans un communiqué de presse qu’il relancerait l’application la semaine prochaine. Il a également déclaré que la version Apple de son application interdirait certains messages qui apparaîtront toujours sur l’application Android et sur le site Web.

«Nous avons travaillé pour mettre en place des systèmes qui permettront de mieux détecter les discours illégaux et de permettre aux utilisateurs de filtrer le contenu indésirable pour eux, tout en maintenant notre interdiction stricte contre la modération de contenu basée sur le point de vue», a déclaré Mark Meckler, PDG par intérim de Parler, dans un communiqué.

«Depuis qu’Apple a supprimé l’application Parler de l’App Store, l’équipe de révision des applications d’Apple s’est engagée dans des conversations importantes avec Parler afin de mettre l’application Parler en conformité avec les Directives et de la réintégrer dans l’App Store», Timothy Powderly , Le directeur principal des affaires gouvernementales d’Apple pour les Amériques, a écrit dans la lettre.

Après que des informations aient révélé que l’attaque du 6 janvier était partiellement planifiée en ligne, la faveur a commencé à se retourner contre Parler, qui était connu comme un endroit convivial pour les sceptiques sur la véracité des élections. Parler a disparu d’Internet en janvier après la publication de captures d’écran et de rapports à la suite de l’attaque du 6 janvier. Parler avait adopté une approche agressive et non participative de la modération du contenu, s’appuyant sur un jury communautaire chargé des postes de police, plutôt que sur une combinaison de travailleurs et d’intelligence artificielle comme ses plus grands concurrents.

En conséquence, Apple et Google ont déclaré que Parler violait ses politiques et a expulsé l’application de ses magasins, ce qui la rendait difficile, voire impossible. pour les nouveaux utilisateurs de télécharger l’application sur un appareil mobile et pour les utilisateurs existants de la mettre à jour. Mais le coup le plus dur pour Parler venait d’Amazon, lorsque le géant de la technologie a retiré ses capacités de cloud computing à l’entreprise, la mettant effectivement hors ligne.

Parler est resté sombre pendant plus d’un mois avant de réapparaître en ligne avec le support technique de la société de cloud SkySilk basée à Los Angeles. Quand cela relancé sur le Web en février avec un nouveau PDG par intérim, les dirigeants ont déclaré qu’il modérerait plus strictement les publications sur son site. Le directeur des politiques de la société a déclaré aux médias qu’il travaillait avec Apple pour revenir sur le magasin et qu’il combinait des algorithmes et des humains pour examiner et éventuellement supprimer le contenu susceptible d’inciter à la violence.

Mais Parler fonctionne sous une forme limitée en ligne et n’est toujours pas accessible sur les deux grands magasins d’applications.

Les directives d’Apple exigent que les applications disposent d’un moyen de détecter les contenus «répréhensibles» qui ne sont pas publiés sur les applications et de pouvoir signaler les «contenus offensants». Apple a déclaré que son équipe d’examen avait trouvé des articles sur Parler qui enfreignaient ses directives, « y compris des messages qui encourageaient la violence, dénigraient divers groupes ethniques, races et religions, glorifiaient le nazisme et appelaient à la violence contre des personnes spécifiques. »

Revenir sur l’App Store est essentiel si Parler veut redimensionner sa popularité. Le site aurait compté 15 millions d’utilisateurs avant d’être mis hors ligne en janvier. Aux États-Unis, où réside le public cible de Parler, Apple est extrêmement important pour la croissance de tout développeur d’applications mobiles.

Parler a été impliqué dans des poursuites judiciaires depuis la controverse de janvier, notamment en poursuivant Amazon pour rupture de contrat. L’ancien PDG et co-fondateur John Matze a également déposé une plainte contre la société le mois dernier, alléguant son enjeu lui a été enlevé.

Investisseur majoritaire et mégadonateur républicain Rebekah Mercer tire de plus en plus les ficelles dans l’entreprise, selon des personnes proches de la situation. Elle a nommé un allié, Meckler, comme PDG par intérim après l’éviction de Matze.

Google et Amazon ont également envoyé des lettres en réponse aux demandes de Lee et Buck, sans promesse de réintégrer Parler. Amazon a déclaré qu’il avait suspendu, mais non résilié, certains services de Parler après des semaines à essayer de travailler avec l’entreprise. (Le fondateur et directeur général d’Amazon, Jeff Bezos, est propriétaire du Washington Post.)

«Au cours des semaines suivantes, malgré les efforts de bonne foi d’AWS, Parler s’est avéré à la fois incapable et peu disposé à répondre efficacement à ces préoccupations, et nous avons continué à voir une augmentation du contenu qui encourageait ou incitait à la violence», lit-on dans la lettre d’Amazon.

Meckler dit dans une interview avec Fox News en février que la société n’était pas intéressée à revenir sur le Play Store de Google. Les applications peuvent être chargées sur les appareils Android à partir du Web, contrairement aux appareils Apple, où il est presque impossible de contourner l’App Store.

Dans sa lettre, Google a écrit que «l’application de Parler peut revenir sur notre plate-forme en supposant qu’elle respecte nos politiques. Jusqu’à présent, Parler a refusé de le faire.

Amazon, Apple et Google ont tous nié dans leurs lettres qu’ils s’étaient coordonnés pour retirer Parler de leurs services.

#Parler #sera #rétabli #dans #lApp #Store #dApple #avec #des #modifications #modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *