L’ONU exhorte les troupes étrangères et les mercenaires à quitter la Libye

Vues: 10
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 56 Second

L’organe le plus puissant de l’ONU a appelé toutes les parties libyennes à assurer un transfert en douceur au gouvernement intérimaire du Premier ministre Abdul Hamid Dbeibah.

La Libye, riche en pétrole, a été plongée dans le chaos après un soulèvement soutenu par l’OTAN en 2011 qui a renversé le dictateur de longue date Mouammar Kadhafi et a divisé le pays entre un gouvernement soutenu par l’ONU à Tripoli et des autorités rivales basées dans l’est du pays, chaque partie soutenue par un éventail de milices locales. ainsi que les puissances régionales et étrangères.

En avril 2019, Hifter et ses forces, soutenus par l’Égypte et les Émirats arabes unis, ont lancé une offensive pour tenter de capturer Tripoli. Sa campagne s’est effondrée après que la Turquie a intensifié son soutien militaire au gouvernement soutenu par l’ONU avec des centaines de soldats et des milliers de mercenaires syriens.

L’accord de cessez-le-feu d’octobre a appelé au retrait de toutes les forces étrangères et mercenaires dans trois mois et à l’adhésion à un embargo de l’ONU sur les armes, dispositions qui n’ont pas été respectées.

En janvier, les États-Unis ont appelé la Russie, la Turquie et les Émirats arabes unis à mettre immédiatement un terme à leurs interventions militaires. La mission russe de l’ONU a déclaré à l’époque qu’elle n’avait pas de personnel militaire «sur le sol libyen», mais n’excluait pas la possibilité de mercenaires.

L’année dernière, des experts de l’ONU ont déclaré que le groupe Wagner, une société de sécurité privée russe, avait fourni entre 800 et 1 200 mercenaires à Hifter. Il y a des milliers de mercenaires en Libye également de Syrie, du Soudan et du Tchad, selon des diplomates du Conseil de sécurité.

La déclaration présidentielle appelle également au «plein respect de l’embargo sur les armes», qui a été violé à plusieurs reprises selon les experts.

Une équipe avancée de l’ONU est en Libye comme première étape pour envoyer des observateurs internationaux sous l’égide de l’ONU pour observer le cessez-le-feu. Il devrait revenir la semaine prochaine.

Le Conseil de sécurité a souligné «l’importance d’un mécanisme de surveillance du cessez-le-feu crédible et efficace dirigé par la Libye sous les auspices de l’ONU». Les membres du Conseil ont déclaré qu’ils attendaient avec intérêt de recevoir les propositions du Secrétaire général Antonio Guterres après que l’équipe préliminaire revienne sur ses «tâches et son envergure».

La déclaration du Conseil a appelé le gouvernement intérimaire à préparer les élections présidentielles et parlementaires de décembre «en prenant des dispositions pour garantir la participation pleine, égale et significative des femmes».

Il a également appelé le gouvernement intérimaire à donner la priorité à la mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu d’octobre, à améliorer la prestation de services au peuple libyen, à lancer un processus global de réconciliation nationale et à adhérer au droit international humanitaire, y compris la protection des civils.

Pour l’avenir, le Conseil a déclaré que des plans sont nécessaires «pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration des groupes armés, la réforme du secteur de la sécurité et la mise en place d’une architecture de sécurité inclusive et dirigée par des civils pour la Libye dans son ensemble».

Une déclaration présidentielle est un pas en dessous d’une résolution du Conseil de sécurité et fait partie de son bilan officiel.

Copyright 2021 The Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

#LONU #exhorte #les #troupes #étrangères #les #mercenaires #quitter #Libye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *