Livres de juillet à lire maintenant

Vues: 23
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 43 Second

‘Razorblade Tears’, de SA Cosby (6 juillet)

Lorsque les mariés Isiah et Derek sont assassinés, on ne sait pas si la motivation était l’homophobie ou la haine raciale : Isiah était noir et Derek, blanc. Leurs pères ex-escrocs, Ike et Buddy, travaillent ensemble pour découvrir ce qui s’est passé. C’est un thriller ultra-rapide avec une dose de justice sociale lucide.

« This Is Your Mind on Plants », de Michael Pollan (6 juillet)

L’omnivore préféré de tout le monde est de retour, mais ce n’est pas parce que le mot « plantes » est dans le titre que Pollan parle de végétarisme. Il s’intéresse aux plantes comme stimulants, calmants, hallucinogènes, et il s’attaque à la caféine, à l’opium et à la mescaline. Les prend-il lui-même ? Il faudra lire pour le savoir.

« Fox and I: An Uncommon Friendship », de Catherine Raven (6 juillet)

Le magnifique récit de Raven sur son lien avec un renard alors qu’il vivait dans une cabane isolée ouvrira les yeux des lecteurs sur la façon dont les humains se connectent au monde naturel et vice versa. Vous entendrez beaucoup parler de la façon dont elle a lu à haute voix au renard, mais la façon dont le renard a répondu est encore plus fascinante. S’il y a un livre que vous achetez cet été, faites-en celui-ci.

« La femme de la start-up », de Tahmima Anam (13 juillet)

Quand Asha et Cyrus ouvrent leur incubateur Utopia, c’est basé sur un algorithme qu’Asha a écrit qui fournit une ruée spirituelle en ligne à la demande. Mais le bonheur qu’Asha a ressenti lorsqu’elle a abandonné ses études de doctorat et a renoué avec Cyrus, son béguin pour le lycée, ne survivra peut-être pas à ses ambitions – ou à la «culture des frères» et au racisme qui soutiennent de nombreuses entreprises technologiques de nos jours.

« Le Thérapeute », par BA Paris (13 juillet)

Cet été, alors que vous vous énervez en silence à propos de la piscine du quartier de votre ami, prenez le roman parisien rempli de rage et de sensations fortes sur une communauté fermée chic de Londres qui est un foyer de secrets et de mensonges. La nouvelle maison d’Alice et Léo, découvrent-ils, a récemment été le théâtre du meurtre d’un thérapeute.

« Seek You : A Journey Through American Loneliness », de Kristen Radtke (13 juillet)

Nous sortons lentement d’une longue pandémie, et l’écrivain-illustrateur Radtke (« Imagine Wanting Only This ») nous voit, nous tous, dans nos diverses formes d’isolement. Ce livre étonnant est moins un mémoire qu’un long essai graphique, plus une méditation et moins une solution. La façon dont nous nous déconnectons peut nous aider à comprendre comment nous connecter en fin de compte.

« Le confort des monstres », de Willa C. Richards (13 juillet)

Les détails de la vague de meurtres de Jeffrey Dahmer ont transpercé une nation terrifiée. Mais ce roman jette un regard plus personnel sur la façon dont le tueur en série a modifié une famille : trente ans après la disparition de Dee McBride à Milwaukee à l’été 1991, sa sœur et sa mère mourante engagent un médium pour les aider à découvrir la vérité.

« Qu’est-ce qu’un chien ? » de Chloe Shaw (13 juillet)

Shaw, pleurant la mort d’un compagnon canin bien-aimé, se tourne vers les chiens de son passé pour comprendre comment ils ont ajouté à sa vie. Sa section sur « être le chien » dans les relations ne ressemble à rien de ce que vous avez lu sur nos amis à quatre pattes.

« Volé », d’Elizabeth Gilpin (20 juillet)

Lorsqu’une dépression non diagnostiquée a conduit Gilpin, 15 ans, à un comportement impulsif, ses parents l’ont envoyée dans un programme de modification du comportement. Enlevée de son lit au milieu de la nuit et envoyée dans les bois pour se débrouiller seule, Gilpin montre comment ne pas faire face à la maladie mentale ; en survivant à un tel traitement, elle montre également à quel point une personne malade mentale peut être forte.

« Intimités » de Katie Kitamura (20 juillet)

Dans son inoubliable « A Separation 2017 », Kitamura a emmené son protagoniste au bord d’une île de la Méditerranée ; dans son nouveau roman tout aussi inoubliable, elle place un interprète au milieu de La Haye. Cette femme est également mêlée à de nombreux drames, personnels et professionnels, l’obligeant à choisir un chemin et une identité.

Béthanne Patrickest l’éditeur, plus récemment, de « Les livres qui ont changé ma vie : réflexions de 100 auteurs, acteurs, musiciens et autres personnes remarquables ».

#Livres #juillet #lire #maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *