Les fans des Jeux olympiques américains sont frustrés alors que CoSport continue de payer les frais de gestion des billets de Tokyo annulés

Vues: 23
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 29 Second

Quelques jours plus tard, ils ont reçu un e-mail informant le couple du Maryland qu’ils ne seraient pas entièrement remboursés pour les billets qu’ils avaient achetés pour sept événements. Et le remboursement partiel n’arriverait même pas avant l’été.

Eric Hildebrand a déclaré qu’ils risquaient de perdre environ 700 dollars de frais de traitement, qui seront conservés par CoSport, le revendeur de billets agréé aux États-Unis.

«C’est presque comme la cerise sur le gâteau de cette pilule amère géante», a déclaré Eric. «Nous attendions cela avec impatience depuis l’annonce de Tokyo. Et puis les nouvelles sont devenues de pire en pire.

Les Jeux olympiques de Tokyo, reportés l’année dernière au milieu de la pandémie, commencent le 23 juillet. Mais les organisateurs ont interdit aux spectateurs de l’extérieur du Japon par mesure de santé.

Dans un e-mail samedi, CoSport, basé à Far Hills, dans le New Jersey, a donné aux détenteurs de billets américains jusqu’au 9 avril pour demander un remboursement, mais les a informés qu’ils n’étaient éligibles que pour récupérer la valeur nominale des billets – pas les frais de traitement ajoutés au moment de achat. Cela représentait 20% du prix de chaque billet, jusqu’à un maximum de 6000 yens (près de 55 $) par billet.

«Quand ils sont sortis et ont dit: ‘Non, ça ne vous arrive pas’, nous espérions juste que CoSport comprendrait, qu’ils diraient ‘Ouais, ce n’est pas la faute de l’acheteur. Vous n’avez rien fait de mal », a déclaré Eric Hildebrand. «Cela a donc été une pilule difficile à avaler. Toute la famille est déçue.

Dans une interview, le directeur général de CoSport, Alan Dizdarevic, a déclaré que ses frais de traitement des billets avaient déjà été engagés et dépensés – et a fait valoir que la responsabilité ultime incombait au gouvernement japonais et aux organisateurs.

CoSport dit avoir demandé au Japon de rembourser tous les frais encourus par les spectateurs internationaux.

«Nous avons essayé et on nous a dit catégoriquement non», a déclaré Dizdarevic dans une interview. «On nous a dit: ‘Non, vous obtenez la valeur nominale parce que c’est ce que dit le contrat de vente de billets. Et c’est ce que vos clients obtiendront.  » « 

Dans une réponse par courrier électronique aux questions, le comité d’organisation de Tokyo 2020 a déclaré qu’il rembourserait «la valeur nominale totale du billet, soit le même montant que Tokyo 2020 a reçu pour sa vente».

Il a déclaré qu’il «ne recevait aucune partie de ces frais de traitement», qui sont régis par les termes et conditions fixés indépendamment par les revendeurs de billets autorisés.

Le Comité olympique et paralympique des États-Unis, qui accorde finalement à CoSport le contrôle de la vente de billets aux États-Unis, a refusé de commenter.

CoSport vend des billets olympiques pour les 10 derniers Jeux d’été et d’hiver et est le plus grand distributeur de billets olympiques au monde. Cette fois-ci, il affirme avoir vendu environ 70 000 billets dans huit pays, dont les États-Unis, l’Australie, la Suède, la Norvège et la Grèce.

Les responsables de Tokyo disent qu’environ 600 000 billets pour les Jeux olympiques et 30 000 pour les Jeux paralympiques ont été vendus à des spectateurs étrangers.

Dizdarevic a déclaré que la seule activité de la société tournait autour des Jeux olympiques d’été et d’hiver, de sorte que l’annulation des billets à l’étranger à Tokyo avait un impact majeur sur ses finances.

Selon les termes de son accord avec le comité d’organisation, il doit payer les billets en yens japonais et les vendre en monnaie locale dans chaque pays, en encourant des frais de conversion de devise bancaire en plus des frais de service de carte de crédit de 2,5% – une charge qui sera être encouru une deuxième fois lors des remboursements, a-t-il déclaré.

Les clients qui ont payé un supplément pour que les billets leur soient physiquement expédiés se verront rembourser ces frais, a-t-il déclaré.

Mais cela n’impressionne pas Bruce Loeb, un consultant en marketing de New York qui a assisté aux Jeux d’Atlanta en 1996 et qui prévoyait de se rendre à Tokyo depuis le jour de l’annonce. Grâce au système de CoSport, il avait réussi à obtenir des billets pour le volleyball, le badminton, l’athlétisme, la boxe et le beach-volley.

L’e-mail de CoSport a atterri dans son dossier de courrier indésirable au cours du week-end, mais lorsqu’il l’a repêché, il a été «assez surpris, choqué et ennuyé» de découvrir que non seulement il devrait attendre le troisième trimestre pour obtenir son argent. de retour pour les billets qu’il avait achetés il y a près de deux ans, mais il risquait également de perdre au moins 800 $.

Mais ce qui l’ennuie vraiment, c’est que CoSport demande aux clients de renoncer à tout droit légal de poursuivre la société.

«C’était la partie la plus exaspérante de tout cela. Je ne sais pas ce que je vais faire. Dois-je attendre? Aspirez et sachez que je vais perdre les 20%? », A-t-il dit.

Les acheteurs de billets dans certains autres pays peuvent obtenir un remboursement complet. En Grande-Bretagne, par exemple, TeamGB, un revendeur de billets agréé, a déjà annoncé que les remboursements seraient payés en totalité. Les clients de CoSport en Australie et en Europe n’ont pas encore été informés de ce qui leur arrivera.

Dizdarevic a déclaré que les remboursements reposaient sur les lois locales de protection des consommateurs.

«Dans certains pays, il existe des lois comme au Royaume-Uni, par exemple, où l’agent – l’agent de voyages est généralement considéré comme tel – doit restituer le montant total de l’argent, y compris les frais de traitement», a-t-il déclaré. .

«Mais lorsqu’ils ont ces types de lois en place, il existe généralement des protections pour l’entreprise afin de pouvoir récupérer ces fonds, que ce soit par le biais d’une assurance ou d’un programme gouvernemental en cas de problèmes de voyage massifs ou d’interruptions.»

Le détenteur de billets Loeb a déclaré qu’il se sentait mal pour les entreprises qui souffrent du covid, mais qu’il a du mal à supporter un coût aussi élevé.

«S’ils disaient, désolé, vous perdrez 20 $ ou quelque chose de plus raisonnable, je ne serais pas bouleversé. Mais je suis désolé, nous parlons de beaucoup d’argent. J’ai perdu mon travail l’année dernière, beaucoup de gens ont perdu des choses. Nous devons tous aspirer un peu.

«Le tout», a-t-il ajouté, «semble étrange et franchement scandaleux.»

Maese a rapporté de Washington et Denyer de Tokyo.

#Les #fans #des #Jeux #olympiques #américains #sont #frustrés #alors #CoSport #continue #payer #les #frais #gestion #des #billets #Tokyo #annulés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *