Le relais de la flamme olympique du Japon démarre à Fukushima

Vues: 11
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 21 Second

Samedi, le Japon a annoncé qu’il le ferait bannir tous les spectateurs de l’étranger de participer dans le cadre des efforts visant à garantir que les Jeux sont «sûrs et sécurisés» pour les participants et le public.

«Au cours de l’année écoulée, alors que le monde entier traversait une période difficile, la flamme olympique a été maintenue silencieusement mais puissamment en vie», a déclaré le président de Tokyo 2020, Seiko Hashimoto, lors de la cérémonie. « La petite flamme n’a jamais perdu espoir et elle a attendu ce jour comme un bourgeon de fleur de cerisier sur le point de fleurir. »

Le site choisi pour le départ du relais était chargé de symbolisme. Le voyage de 121 jours a commencé au centre national d’entraînement de football dans la préfecture du nord-est de Fukushima avec l’équipe gagnante de la Coupe du monde féminine 2011 en tant que premiers relayeurs.

En 2011, Fukushima a été frappée par un tremblement de terre, un tsunami et une fusion nucléaire et les installations de formation ont servi de base aux efforts de nettoyage. Ils étaient seulement rouvert au sport en 2019, et le lieu est censé symboliser le rétablissement de la région après la triple catastrophe.

Rina Sakuraba, du village de Futaba dans la préfecture, n’avait que 15 ans lorsque le tremblement de terre a frappé alors qu’elle rentrait chez elle après avoir obtenu son diplôme de collège. Maintenant, elle est porteuse de flambeau.

«J’espère qu’en devenant porteurs de flambeau des gens comme moi et d’autres, nous pourrons dire au monde que Futaba-machi se rétablit lentement et sensibiliser les gens au Japon et dans le monde, qu’il y a ceux qui luttent encore mais qui travaillent dur véritable rétablissement », a-t-elle déclaré. «J’espère que les Jeux olympiques seront un catalyseur pour la reprise ici pour vraiment avancer.»

La flamme doit alors traverser tous les Les 47 préfectures du Japon avant d’arriver à Tokyo pour les cérémonies d’ouverture du 23 juillet. Mais l’itinéraire peut être modifié en fonction de la situation pandémique, ont déclaré les organisateurs.

Le relais est retransmis en direct pour dissuader les rassemblements de masse dans les rues, et les spectateurs ont été invités à éviter les foules, à porter des masques et à s’abstenir d’applaudir ou de crier. Les applaudissements sont autorisés.

On demande maintenant aux célébrités et aux anciens athlètes enrôlés pour porter le flambeau de courir dans les parcs plutôt que sur la voie publique, et on leur dit de ne pas révéler à l’avance quand et où ils courent, pour éviter la formation de foules. Jusqu’à présent, plus de 20 célébrités et anciens athlètes se sont retirés.

Le Comité International Olympique (CIO) encourage vivement les athlètes, entraîneurs et officiels à se faire vacciner avant de venir au Japon et a accepté une offre de la Chine de fournir des vaccins à toute délégation olympique ayant besoin de doses. Pour chaque vaccin fourni à un participant, le CIO paiera deux doses supplémentaires pour les gens ordinaires de ce pays.

Le comité organisateur a annoncé qu’il publierait des lignes directrices d’ici la fin avril sur le nombre de spectateurs nationaux à autoriser pour chaque événement. Pendant la majeure partie de la pandémie, le Japon a permis à un nombre limité de fans d’assister à des événements sportifs, à condition qu’ils portent des masques et n’encouragent pas, ne crient pas ou ne chantent pas.

Jusqu’à présent, seulement 741 180 doses du vaccin Pfizer ont été administrées au personnel médical et aux personnes âgées au Japon.

Le gouvernement dit qu’il espère obtenir 100 millions de doses d’ici l’été, suffisamment pour couvrir environ 5 millions d’agents de santé et 38 millions de personnes de plus de 65 ans, tout en laissant la plupart des 126 millions du pays sans protection.

Les sondages d’opinion montrent que la plupart des Japonais souhaitent que les Jeux soient annulés ou reportés, mais le comité d’organisation des Jeux de Tokyo et le CIO affirment qu’un deuxième report n’est pas une option.

#relais #flamme #olympique #Japon #démarre #Fukushima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *