Le registre national des enregistrements ajoute Rainbow Connection de Kermit, Jackson’s Rhythm Nation et This American Life

Vues: 14
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 3 Second

Depuis 2002, la Bibliothèque du Congrès a sélectionné une liste annuelle de 25 enregistrements à conserver en consultation avec les membres du National Recording Preservation Board et les conservateurs de la bibliothèque. Les candidatures du public – qui ont totalisé environ 900 cette année – sont également prises en compte.

Le registre comprend les émissions de radio, les enregistrements de chambre orchestrale, les albums et les chansons. La bibliothécaire du Congrès, Carla Hayden, devait officiellement annoncer les intronisés mercredi matin. Avec les nouveaux ajouts, le registre comprend désormais 575 œuvres.

Les sélections de cette année, dont chacune doit avoir au moins 10 ans et dont une copie doit exister (les enregistrements «perdus» ne doivent pas s’appliquer), couvrent beaucoup de terrain. Alors que l’homologue cinématographique du National Recording Registry compense toujours la sous-représentation historique de divers horizons dans ses sélections, il est un peu plus facile et certainement plus essentiel de raconter l’histoire du son américain à travers des artistes de couleur.

Les sélections de cette année reflètent un vaste groupe de 11 chanteurs, auteurs-compositeurs et musiciens noirs, dont le maestro du jazz Louis Armstrong («When the Saints Go Marching In» de 1938 rejoint l’autre de Satchmo, chansons précédemment intronisées); la pionnière du renouveau folklorique Odetta («Odetta Sings Ballads and Blues» de 1957); Kool and the Gang, avec un hymne susceptible d’être entendu n’importe où, de la remise des diplômes à la garderie aux défilés de championnat («Celebration» des années 1980); et le légendaire rappeur new-yorkais Nas («Illmatic» de 1994). Les sommités de l’opéra noir Leontyne Price et Jessye Norman ont été honorées pour leurs œuvres («Aida» de 1962 et «Richard Strauss: quatre dernières chansons» de 1983, respectivement).

Les intronisés au registre cette année couvrent 130 ans d’histoire enregistrée, et il y a encore de la place pour des enregistrements originaux (historiquement) et des opportunités pour innover.

L’enregistrement d’Edison en 1878 est considéré comme «un enregistrement du plus ancien enregistrement jouable d’une voix américaine», selon la Bibliothèque du Congrès, et capture par phonographe une performance musicale de 78 secondes de Saint-Louis sur un morceau de papier d’aluminium. En 2013, les scientifiques ont pu récupérer le son d’un intermède musical à partir du glissement de feuille existant.

Le plus récent enregistrement parmi les intronisés de cette année est un épisode de 2008 primé Peabody de «This American Life», intitulé «The Giant Pool of Money». C’est le premier podcast à être inclus dans le registre.

Un intronisé qui plaira à la foule dans la classe de cette année entre également dans l’histoire en étant le premier non-humain sur le registre: Kermit la grenouille. (Lui et d’autres personnages de «Sesame Street» sont apparus sur l’album de 1995 «All-Time Platinum Favorites», qui a été intronisé en 2014 mais qui n’a pas été crédité à des personnages individuels.)

Kermit’s « Connexion arc-en-ciel,»Une ballade banjo sur la foi, les rêves et le chemin d’une grenouille vers l’illumination qui a ouvert le film de 1979« The Muppet Movie », s’est depuis lors attiré les auditeurs, engendrant d’innombrables reprises et souvenirs pour les auditeurs petits et grands. (Deux autres classiques sceptiques mais attachants ont également été ajoutés au registre: « Free to Be… You & Me », l’album pour enfants de 1972 mettant en vedette Marlo Thomas, et l’interprétation presque éthérée de 1993 de « Somewhere Over the Rainbow » /  » Quel monde merveilleux »par Israel Kamakawiwo’ole.)

Paul Williams, qui a co-écrit «Rainbow Connection», a beaucoup d’expérience dans l’écriture de piliers musicaux.

L’auteur-compositeur de 80 ans a écrit des chansons à succès pour des groupes allant des Carpenters aux Daft Punk. «Rainbow Connection» était la troisième de ses œuvres nominées aux Oscars – après «Evergreen» de Barbra Streisand de la version 1976 de «A Star is Born» et le classique culte de 1974 «Phantom of the Paradise». Mais c’est la chanson qu’il a co-écrite avec le pianiste Kenneth Ascher pour la petite marionnette verte qui étonne encore Williams.

«La chanson est incroyable», a déclaré Williams au Post. «Parce qu’au fil des années, j’ai eu l’occasion de vraiment examiner pourquoi cela fonctionne et quel est cet élément de la chanson auquel les gens s’accrochent et le maintiennent en vie. Je pense que beaucoup de choses ne sont que du pur Jim Henson.

Williams rappelle Henson, le créateur et la voix originale de Kermit, comme «l’une des personnes les plus gentilles avec lesquelles j’ai jamais travaillé» et attribue la vision et la clarté de Henson à faire de Kermit et de ses amis Muppet une pierre de touche précieuse pour les enfants et les adultes à ce jour.

Qu’en est-il d’une grenouille chantant sur «les amants, les rêveurs et moi» et en apprenant le sens de la vie à partir d’un arc-en-ciel? Williams lui-même réfléchit toujours au mystère de son intemporalité.

«Peut-être que ‘Rainbow Connection’ est un hymne camouflé», dit Williams. «Je n’ai jamais pensé à cela ou dit cela avant. Peut-être qu’il y a un sentiment de confort, un sentiment de se voir dans les morceaux de la chanson et le cœur et l’âme des personnages. Peut-être que toutes les chansons auxquelles nous nous attachons comme ça depuis toujours ont une capacité magique à nous faire nous sentir un peu moins seuls – ou à l’aise dans notre solitude.

Enregistrements sélectionnés pour le National Recording Registry 2020 (classés par ordre chronologique)

1. Edison’s «St. Enregistrement Louis Tinfoil »(1878)

2. «Nikolina» – Hjalmar Peterson (1917) (célibataire)

3. «Smyrneikos Balos» – Marika Papagika (1928) (célibataire)

4. «When the Saints Go Marching In» – Louis Armstrong & son orchestre (1938) (single)

5. Émission de la veille de Noël – Franklin D. Roosevelt et Winston Churchill (24 décembre 1941)

6. «The Guiding Light» – 22 novembre 1945

7. «Odetta chante ballades et blues» – Odetta (1957) (album)

8. «Seigneur, garde-moi au jour le jour» – Albertina Walker et les caravanes (1959) (single)

9. Roger Maris frappe son 61e circuit (1er octobre 1961)

dix. «Aida» – Leontyne Price, et.al. (1962) (album)

11. «Une fois par jour» – Connie Smith (1964) (single)

12. «Né sous un mauvais signe» – Albert King (1967) (album)

13. «Libre d’être. . . Toi et moi »- Marlo Thomas et ses amis (1972) (album)

14. «Le plus dur qu’ils viennent» – Jimmy Cliff (1972) (album)

15. «Lady Marmalade» – Labelle (1974) (single)

16. «Late for the Sky» – Jackson Browne (1974) (album)

17. «Bright Size Life» – Pat Metheny (1976) (album)

18. «Rainbow Connection» – Kermit la grenouille (1979) (single)

19. «Celebration» – Kool & the Gang (1980) (single)

20. «Richard Strauss: Quatre dernières chansons» – Jessye Norman (1983) (album)

21. «Rhythm Nation de Janet Jackson 1814» – Janet Jackson (1989) (album)

22. «Partenaires» – Flaco Jiménez (1992) (album)

23. « Somewhere Over the Rainbow » / « What A Wonderful World » – Israel Kamakawiwo’ole (1993) (single)

24. «Illmatic» – Nas (1994) (album)

25. «This American Life: The Giant Pool of Money» (9 mai 2008)

#registre #national #des #enregistrements #ajoute #Rainbow #Connection #Kermit #Jacksons #Rhythm #Nation #American #Life

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *