Le licenciement d’Emily Wilder est une histoire de mauvaise foi, pas de mauvais tweets. Les rédactions doivent faire mieux.

Vues: 11
0 0
Temps de lecture:39 Second

L’AP dit avoir licencié le récent diplômé de l’Université de Stanford pour avoir violé sa politique de médias sociaux pendant qu’elle y travaillait, bien que l’agence de presse ne dise pas exactement lequel des messages de Wilder était le problème. Le tweet le plus mémorable de cet homme de 22 ans a critiqué les organes de presse, en général, pour le langage qu’ils utilisent pour décrire le conflit au Moyen-Orient – ce qui n’est pas exactement une idée radicale. «Utiliser ‘Israël’ mais jamais ‘Palestine’, ou ‘guerre’ mais pas ‘siège et occupation’ sont des choix politiques», a-t-elle écrit, «pourtant les médias font ces choix exacts tout le temps sans être signalés comme biaisés.»

#licenciement #dEmily #Wilder #est #une #histoire #mauvaise #foi #pas #mauvais #tweets #Les #rédactions #doivent #faire #mieux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *