Le FM grec se rend en Turquie pour des entretiens sur les liens tendus

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 10 Second

La visite est la première entre les deux nations après une année tumultueuse. Irritée par ce qu’elle percevait comme un manque de soutien à sa politique en Syrie, la Turquie a annoncé l’année dernière qu’elle ouvrait ses frontières occidentales, incitant des milliers de migrants à se rassembler aux points d’entrée en Grèce, ce qui les a rapidement fermés. Cela a conduit à des scènes chaotiques à la frontière.

La tension a de nouveau éclaté cet été au-dessus des frontières maritimes et des droits d’exploration énergétique dans l’est de la Méditerranée, conduisant à une montée en puissance militaire mettant en vedette des navires de guerre des deux pays confrontés. Le différend a mis à rude épreuve les relations d’Ankara avec l’ensemble de l’Union européenne.

Les tensions se sont apaisées après que la Turquie a retiré son navire de recherche énergétique et adopté un ton plus conciliant à l’égard de la Grèce et d’autres pays de l’UE.

Des diplomates turcs et grecs se sont depuis rencontrés à Istanbul et à Athènes, reprenant une série de réunions destinées à instaurer la confiance entre les rivaux régionaux historiques. Les deux alliés de l’OTAN sont en désaccord sur des problèmes vieux de plusieurs décennies, notamment l’étendue des frontières aériennes et maritimes dans la mer Égée et l’avenir de Chypre ethniquement divisée. Ils sont arrivés au bord de la guerre trois fois depuis les années 1970.

« Nous sommes prêts à discuter de tous nos problèmes avec la Grèce », a déclaré jeudi Cavusoglu à la télévision turque NTV. « Bien sûr, il n’est pas possible de résoudre tous les problèmes en une seule réunion – ou en plusieurs réunions – mais au moins une atmosphère positive (est en train de se créer) et nous pouvons trouver les moyens de résoudre les problèmes existants. »

La Turquie et la Grèce ont également échangé des accusations de migration non autorisée. Les garde-côtes turcs, ainsi que de nombreuses organisations de défense des droits des réfugiés et groupes d’aide, ont accusé les garde-côtes grecs d’avoir procédé à des refoulements – des expulsions sommaires illégales – en renvoyant leurs bateaux en Turquie sans leur permettre de demander l’asile en Grèce.

La Grèce, pour sa part, nie avoir effectué des refoulements et accuse la Turquie de ne pas avoir réprimé les passeurs de migrants opérant depuis ses côtes et d’encourager activement les migrants qui cherchent à entrer illégalement en Grèce.

Copyright 2021 The Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

#grec #rend #Turquie #pour #des #entretiens #sur #les #liens #tendus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *