L’avocat de Huawei CFO fait valoir de nouvelles preuves à soumettre

Vues: 23
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 3 Second

Les États-Unis accusent Huawei d’avoir utilisé une société écran de Hong Kong appelée Skycom pour vendre des équipements à l’Iran en violation des sanctions américaines. Il dit que Meng, 49 ans, a commis une fraude en trompant la banque HSBC sur les relations commerciales de la société en Iran. Une grande partie du cas est centrée sur une présentation PowerPoint d’août 2013 faite à un cadre de HSBC lors d’un déjeuner à Hong Kong.

L’avocat de Meng, Frank Addario, a déclaré que la défense souhaitait présenter un affidavit qui conteste les allégations que les actions de Meng mettent en danger HSBC en raison des prêts consentis à Huawei.

«Les preuves sont essentielles pour corriger le dossier et garantir que l’incarcération est basée sur un résumé précis des prêts», a déclaré Addario à la juge en chef adjointe Heather Holmes.

La défense a soutenu que les États-Unis avaient induit le Canada en erreur au sujet de l’affaire contre Meng et omis des faits importants.

Meng a assisté à l’audience dans une longue robe bleue, un masque rose et un bracelet de surveillance à la cheville. Elle a prêté une attention particulière aux débats, lisant occasionnellement des documents judiciaires, tandis qu’un interprète traduisait.

Plus tard cette semaine, les avocats de Meng réclameront un abus de procédure, affirmant que les agents de l’Agence des services frontaliers du Canada ont détenu et interrogé Meng sans avocat, ont saisi ses appareils électroniques et l’ont obligée à abandonner les codes d’accès avant son arrestation officielle.

Ses avocats soutiennent également que les États-Unis dépassent les limites de leur compétence en poursuivant un citoyen étranger pour des actions qui ont eu lieu à Hong Kong et que le Canada a été induit en erreur par les États-Unis sur la solidité de leur argumentation.

L’arrestation de Meng a détérioré les relations entre le Canada et la Chine. En représailles apparentes, la Chine a arrêté l’ancien diplomate canadien Michael Kovrig et l’entrepreneur canadien Michael Spavor. La Chine a également imposé des restrictions à diverses exportations canadiennes vers la Chine, y compris les graines de canola. La Chine a également condamné à mort quatre Canadiens reconnus coupables de trafic de drogue. Kovrig et Spavor restent emprisonnés.

Meng reste libre sous caution à Vancouver et vit dans un manoir.

Copyright 2021 The Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

#Lavocat #Huawei #CFO #fait #valoir #nouvelles #preuves #soumettre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *