La Chine offre de la nourriture gratuite pour inciter les citoyens à se faire vacciner

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 31 Second

En Chine, où l’épidémie de coronavirus a été largement contenue depuis le milieu de l’année dernière et où les fabricants de vaccins initialement axé sur l’exportation de doses, le déploiement national a été lent, avec seulement environ 4 pour cent de la population vaccinée, selon les responsables de la santé.

Avant les Jeux olympiques d’hiver de Pékin de 2022 et le 100e anniversaire politiquement important du Parti communiste chinois en juillet, les responsables se mobilisent maintenant pour vacciner 40% de la population d’ici la fin juin et plus de 64% d’ici la fin de l’année. La Commission nationale chinoise de la santé a déclaré lundi que 140 millions de doses de vaccins avaient été délivrées et que les doses devraient atteindre 10 millions par jour, contre environ 3 millions.

Pour atteindre cet objectif, les responsables mobilisent les districts et les quartiers locaux, les universités, les entreprises et les écoles pour persuader les résidents méfiants de prendre l’un des cinq vaccins chinois dont l’utilisation a été approuvée dans le pays. Les villages ont érigé des banderoles et envoyé des travailleurs dans les foyers pour faire comprendre aux résidents qu’il est de leur devoir national d’être vacciné, malgré les doutes sur les effets secondaires possibles ou le fait que beaucoup ne voient pas une grande urgence à se faire vacciner, étant donné les faibles taux d’infection de la Chine. virus.

D’autres ont offert des paquets gratuits de mouchoirs en papier, des œufs, de la farine et des coupons d’épicerie en échange de la soumission aux coups. Dans le district de Chaoyang à Pékin, les entreprises où plus de 80% du personnel ont été vaccinés ont reçu des certificats décorés de couleurs vives pour raccrocher. «La vaccination est bonne pour le pays et bonne pour la population», lisaient les affiches. Un restaurant japonais a offert des portions gratuites d’ailes de poulet et de boulettes aux 50 premiers clients qui ont montré qu’ils avaient reçu les injections.

À Pinggu, une banlieue de Pékin, les habitants ont été informés qu’ils recevoir des prix de 50 yuans (7,60 $) en espèces ou en marchandise une fois qu’ils ont été complètement vaccinés. D’autres banlieues ont promis des récompenses de 100 yuans (15,20 $) pour chaque tir, selon des avis publiés en ligne. Dans le quartier de Shijingshan, les habitants vaccinés ont pu entrer gratuitement dans tous les parcs – une mesure que certains internautes qualifient de «peu avare».

Les efforts déployés par le gouvernement pour convaincre le public de l’innocuité des vaccins chinois soulignent les limites de la diplomatie vaccinale du pays au pays comme à l’étranger, où le manque de données d’essais cliniques publiées par Sinovac et Sinopharm, parmi les premiers fabricants de vaccins au monde, a ébranlé la confiance du public.

Au cours du week-end, le ministère chinois de l’Éducation a appelé les collèges et les écoles à «Guide les enseignants et les étudiants»Et« faire connaître vigoureusement le rôle positif des vaccins »pour dissiper les doutes et« encourager la volonté ». China Radio International, gérée par l’État, a conseillé aux services de propagande locaux d’utiliser des approches «amusantes et innovantes» pour persuader les résidents.

La campagne a été menée à la fois avec des bâtons et des carottes, ce qui a provoqué des réactions négatives alors que les habitants se disent obligés de se faire vacciner. Dans un éditorial de la semaine dernière, l’agence de presse officielle Xinhua a appelé les cadres du Parti communiste à «être sur ses gardes»Contre les mesures« grossières ». Parmi ces mesures, les collèges ont interdit aux étudiants d’obtenir leur diplôme s’ils n’avaient pas été vaccinés, et certaines entreprises ont exigé que tous les employés soient vaccinés, quel que soit leur état de santé personnel.

Dans la province méridionale de Hainan, les responsables du village de la ville de Wancheng se sont excusés après avoir initialement exigé que les résidents non vaccinés soient mis sur une «liste noire» et interdits de prendre les transports en commun ou d’accéder aux marchés locaux.

Émettant une rétractation de la politique, le département de propagande qui supervise la ville a déclaré qu’il «exhortait toujours sincèrement les habitants à répondre à l’appel du pays» et à se faire vacciner.

#Chine #offre #nourriture #gratuite #pour #inciter #les #citoyens #faire #vacciner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *