Joe Ross est le dernier partant des championnats nationaux à lutter, et les cardinaux le font payer

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 48 Second

Et Ross avait été solide pour les Nationals à travers deux apparitions. Il avait été encore meilleur que ça. Il avait commencé sa saison avec 11 manches sans but. Lui, Max Scherzer et Erick Fedde avaient soutenu une rotation sans Stephen Strasburg (sur la liste des blessés avec inflammation de l’épaule droite) et Jon Lester (IL liée au coronavirus) et a obtenu beaucoup moins que prévu de Patrick Corbin. Mais Ross a été victime d’intimidation par les cardinaux après les avoir blanchis pendant six manches au Busch Stadium la semaine dernière.

Le résultat, encore une fois, a été un enclos taxé et une infraction qui ne pouvait pas faire grand-chose. Les Nationaux (5-9) se sont ralliés pour deux points dans la quatrième et trois dans la sixième. Le tableau de bord était pourtant déjà fortement penché en faveur des Cardinals (8-8). Depuis le 13 avril à Saint-Louis, Strasbourg a accordé huit points en quatre manches, Corbin a accordé neuf points mérités en deux manches, puis Ross n’a pas pu garder les cardinaux dans le parc. À deux reprises dans cette séquence, y compris lundi, le joueur de champ intérieur Hernán Pérez s’est épongé en fin de manche contre les Cardinals. Les partants de Washington ont une MPM de 6,24, la pire des ligues majeures.

«C’est parfois décourageant, mais il est encore tôt», a déclaré le gérant Dave Martinez à propos de la performance de la rotation. «Et je sais que ce n’est pas la première fois que nous passons par quelque chose comme ça. Je sais que les choses vont changer. »

Ross a traversé le premier avec deux retraits au bâton sur son curseur. Son plomb a touché 96 mph. Le deuxième était bien aussi, mis à part le coup de circuit de Paul DeJong sur un plomb bien placé sur le bord intérieur de la plaque. Puis vinrent les troisième, quatrième et cinquième.

Un seul des sept premiers frappeurs des Cardinals avait atteint la base. Mais les 10 suivants sont allés pour un simple, un sacrifice de carie, un circuit de deux points pour Tommy Edman, un circuit en solo pour Paul Goldschmidt sur un changement bas et intérieur, un sol-mort, un retrait au bâton (mettant fin au troisième), un coup par coup, une marche, un simple et une marche, dans cet ordre. Le frappeur suivant, le lanceur des Cardinals Jack Flaherty, a déposé un carie à deux coups qui a marqué DeJong. Les Nationals traînaient 6-0 au quatrième.

«Je n’étais tout simplement pas vraiment en train d’exécuter des lancers, de laisser des balles rapides, de se faire frapper fort et de faire des erreurs», a déclaré Ross, fournissant un résumé succinct et complet de son départ. « Je dois juste être mieux avec l’emplacement. »

L’offensive a fait du bruit en fin de quatrième, le double de Josh Bell réalisant une paire de points. Juan Soto, qui avait marché devant Bell, a sauté sur un terrain sauvage de Flaherty. Bell a marqué sur la mouche sacrificielle de Starlin Castro. Pourtant, Ross n’a pas pu empêcher les Cardinals de restaurer leur avance. DeJong l’a poursuivi avec un grand chelem imposant à gauche dans le cinquième. Ross en a marché trois et en a retiré cinq. Alors qu’il déambulait vers la pirogue et que la foule bruissait de frustration, les Nationals ont été enterrés par une poignée de terrains mal placés. Et il était facile de les compter.

Le circuit de troisième manche d’Edman, par exemple, est venu sur un plomb au milieu dans un compte de 3-0. C’est Ross qui prend du retard – ce qu’il a rarement fait lors de ses deux premières sorties – et devient trop prévisible. Frapper Dylan Carson avec un 1-2 plomb dans le quatrième était un signe de mauvais contrôle. Cela a mis le premier frappeur à la base au lieu de le terminer dans le décompte du lanceur.

Ensuite, il y a eu le deuxième circuit de DeJong, le grand chelem éreintant, qui est sorti d’une balle rapide de 93 mi / h en haut de la zone qui était censée être un terrain bas après que Martinez ait intentionnellement poussé Carlson à organiser un double jeu. À partir de là, Kyle Finnegan, Ryne Harper, Kyle McGowin et Pérez ont été nécessaires pour 4⅔ manches hors de l’enclos des releveurs.

«Nous n’avons pas eu de démarreurs approfondis; nous n’avons pas eu de longueur de nos partants », a déclaré Martinez. «Donc, notre enclos en ce moment, encore une fois, mec, ces gars sont venus et ils ont encore fait un excellent travail pour nous. Mais ils sont taxés. Ils lancent beaucoup trop. Nous devons absolument garder un œil sur ces gars-là, sinon nous n’aurons pas d’enclos. »

Ça aurait pu être une mauvaise nuit pour Ross. Cela arrive. Les premières luttes pour Strasbourg et Corbin, qui débutent mardi, sont certainement plus pénibles pour les Nationals. Ensemble, ils ont des contrats d’une valeur de 385 millions de dollars sur 13 ans. Le stress correspond généralement à l’investissement.

Mais l’ampleur de ces problèmes de rotation, et la participation de Ross, est néanmoins troublante. C’était peut-être un présage que la saison a commencé avec Ronald Acuña Jr. frappant un premier circuit de premier lancement au large de Scherzer au Nationals Park. Ou peut-être que les présages sont idiots, un peu fatigués de juju, et que la situation se redressera bientôt. Le prochain défi de Ross est de contenir ses manquements et de rebondir contre les Mets de New York ce week-end. Tout d’un coup, beaucoup se demande s’il le peut.

#Joe #Ross #est #dernier #partant #des #championnats #nationaux #lutter #les #cardinaux #font #payer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *