jazz-beal-westbrook – Le Washington Post

Vues: 10
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 58 Second

Russell Westbrook a survolé son partenaire en zone arrière. Rui Hachimura mima les compressions thoraciques alors que Beal revenait à la vie. Pendant un moment, cette équipe s’est amusée.

Les Wizards n’ont pas produit beaucoup de victoires dominantes ces derniers temps, alors peut-être pourraient-ils être excusés pour avoir transformé Capital One Arena en un théâtre communautaire, même brièvement, en route vers une victoire de 131-122 sur l’Utah Jazz.

Les Wizards (15-25) ont mis fin à leur séquence de cinq défaites consécutives en beauté, menant la meilleure équipe de la NBA à quatre minutes de retard sur certains des meilleurs travaux de la saison de Westbrook et Beal. Westbrook, comme d’habitude, a donné un ton agressif en première mi-temps avant de passer le relais à Beal, qui a bondi après la mi-temps pour ramener Washington à la maison.

Beal a mené les Wizards avec 43 points, son cinquième effort de 40 points de la saison – mais contrairement aux quatre premiers, celui-ci n’a pas été perdu dans une défaite. Il a tiré 16 en 24 au total, dont 4 en 6 à partir de la ligne des trois points et a récolté 30 de ses points en seconde période, du yin au yang de Westbrook.

Westbrook a décroché son 13e triple double de la saison avec 15 rebonds, 13 passes et 31 points – dont 22 il a marqué avant la mi-temps.

La clé, pour Washington, a été que son bon départ a duré tout le match contre le Jazz fatigué (29-11). Donovan Mitchell a mené l’Utah avec 42 points et Joe Ingles en a ajouté 34, dont huit à trois points.

Les Wizards sont restés actifs en défense dès le premier quart-temps et ont réussi sept trois points à peine 24 heures après leur pire performance au tir à trois points depuis 2018.

La volte-face de Washington après une défaite contre les Sacramento Kings, qui se nourrissent par le bas, mercredi, n’était pas tout à fait choquante, étant donné que certaines de ses plus grandes victoires de la saison sont venues contre les Brooklyn Nets, les Los Angeles Lakers et les Clippers. Son record contre les équipes au-dessus de .500 s’est amélioré à 11-14.

Mais connaître leur succès disproportionné contre les meilleures équipes de la NBA n’a guère atténué la surprise face au niveau de domination des Wizards, en particulier en première mi-temps.

Westbrook a fourni l’étincelle au début, déchirant ses premières minutes à partir du moment où Mitchell a lancé un défi non officiel en le ramassant sur le terrain complet dans les premières possessions.

Le meneur a récolté 22 points, huit rebonds et cinq passes en 18 minutes avant la mi-temps, a fait les quatre tentatives sur la ligne de faute et a frappé ses deux trois points.

Alors que Westbrook a apporté le meilleur de lui-même, tout le monde a joué son rôle à un T: Beal avait 13 points après un premier quart-temps calme et Hachimura était difficile – mais pas hésitant – avec ses tirs. Mais la différence était la défense de Washington. Les Wizards ont bien tiré, 56,8% au premier semestre, mais des jeux défensifs alertes et énergiques de l’attaquant rarement utilisé Isaac Bonga et du meneur de sauvegarde Raul Neto ont gardé le Jazz en bouteille pour une avance de 64-46 à la mi-temps.

Davis Bertans a joué quatre minutes puis a quitté le match pour de bon avec une tension au mollet droit qui le dérangeait depuis quelques matchs.

#jazzbealwestbrook #Washington #Post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *