Israël révoque le permis du ministre palestinien des Affaires étrangères

Vues: 14
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 13 Second

Un responsable palestinien a déclaré que le ministre des Affaires étrangères, Riad Malki, avait été arrêté dimanche alors qu’il entrait en Cisjordanie depuis la Jordanie par le point de passage contrôlé par Israël. La carte VIP de Malki a été saisie, a déclaré le responsable, s’exprimant sous couvert d’anonymat parce qu’il discutait d’une question diplomatique sensible. La perte du statut VIP le rend plus difficile pour lui de traverser les points de contrôle militaires israéliens en Cisjordanie, et voyager à l’étranger nécessitera une autorisation israélienne.

Les responsables israéliens, s’exprimant sous couvert d’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à discuter de l’affaire, ont confirmé l’incident, mais ont posé des questions à l’agence de sécurité du Shin Bet, qui a refusé de commenter. Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a refusé de commenter.

La procureure en chef de la CPI, Fatou Bensouda, a annoncé au début du mois qu’elle ouvrait une enquête sur d’éventuels crimes de guerre commis par Israël en Cisjordanie occupée et avait bloqué la bande de Gaza.

L’enquête devrait porter sur la conduite de l’armée israélienne lors d’une guerre de 2014 contre les militants du Hamas et pendant des mois de manifestations de masse le long de la frontière de Gaza avec Israël au cours desquelles des dizaines de Palestiniens ont été tués ou blessés par des tirs israéliens. Israël a déclaré que ses actions étaient des actes de défense légitimes.

L’enquête devrait également examiner les politiques d’implantation d’Israël en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, zones capturées en 1967 et revendiquées par les Palestiniens pour un Etat indépendant espéré.

Selon le ministère palestinien des Affaires étrangères, Malki a rencontré Bensouda jeudi dernier et l’a exhortée à accélérer les enquêtes «pour mettre fin à l’ère de l’impunité et commencer le chemin de la responsabilité» d’Israël.

L’enquête a été ouverte en réponse à une demande des Palestiniens, qui ont rejoint la Cour en 2015 après avoir obtenu le statut d’observateur non membre à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Israël a fermement condamné l’enquête, accusant la CPI de partialité et affirmant qu’elle n’a pas de compétence puisque les Palestiniens n’ont pas d’État. Israël n’est pas membre de la CPI, mais ses citoyens pourraient être arrêtés à l’étranger si des mandats d’arrêt sont émis.

Le tribunal a déclaré la semaine dernière qu’il avait envoyé des mises en demeure aux deux parties au sujet de l’enquête imminente, leur donnant un mois pour demander le report en prouvant qu’ils menaient leurs propres enquêtes.

Copyright 2021 The Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

#Israël #révoque #permis #ministre #palestinien #des #Affaires #étrangères

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *