Critique du livre Voices of History: Speeches That Changed the World de Simon Sebag Montefiore

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:1 Minute, 0 Second

Mais l’objectif de Montefiore est de noter – et d’avertir – que « les mots ont des conséquences ». Ces conséquences, comme le montre cette collection, ont été mesurées à la fois dans le progrès humain et dans l’effusion de sang. « Notre époque de populisme, de racisme, d’antisémitisme et de conspiration », écrit Montefiore, nous fait prendre pleinement conscience que « la violence du langage . . . conduit inexorablement à la pratique de la violence. Si le bilan ici favorise les pacificateurs — les Gandhis, les rois et les Mandelas — le livre inclut, comme il se doit, despotes et démagogues. Si jamais nous l’avons fait auparavant, nous ne pouvons plus lire les malédictions de Himmler ou de Robespierre (« La terreur n’est rien d’autre que la justice ») avec un sentiment de sécurité ; le pathétique narcissique d’Eva Perón (« Tu ramasseras mon nom et tu le porteras à la victoire comme une bannière ») et de Néron dans ses derniers instants (« Quel artiste le monde perd en moi ! . . . C’est donc ça la loyauté ? ») ont une sonnerie bien trop familière et inquiétante. Le mal, comme le note Montefiore, arrive souvent sous le couvert de l’absurdité, mais on ne peut pas, aujourd’hui, être prompt à rire.

#Critique #livre #Voices #History #Speeches #Changed #World #Simon #Sebag #Montefiore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *