Critique du livre « Oscar Wilde: A Life » de Matthew Sturgis

Vues: 12
0 0
Temps de lecture:49 Second

Comme nous le rappelle Sturgis, Oscar a toujours été un golden boy. Ses parents, Sir William Wilde, un chirurgien ophtalmologiste distingué, et sa mère, une femme de lettres renommée surnommée Speranza, ont accueilli le principal salon artistique de Dublin. À Oxford, où Wilde a perdu son richelieu irlandais et a obtenu un double premier degré, il avait d’abord écouté l’évangile de John Ruskin, prophète de la force sociale et morale de l’art, mais a ensuite transféré son allégeance à Walter Pater, qui prônait l’intensité personnelle, réalisation de soi et style. Désespéré d’être célèbre, Wilde s’installe alors à Londres, où le dandy de plus en plus flamboyant fait la cour aux hôtesses de la société, aux grands « influenceurs » et aux beautés internationales comme l’actrice Sarah Bernhardt. Pourtant, comme nous le rappelle Sturgis, quand il a épousé Constance Lloyd, c’était un véritable match d’amour – du moins jusqu’à ce que Wilde commence à pratiquer ce qu’il avait principalement lu jusqu’à présent.

#Critique #livre #Oscar #Wilde #Life #Matthew #Sturgis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *