Critique du livre Fuzz : Quand la nature enfreint la loi par Mary Roach

Vues: 7
0 0
Temps de lecture:1 Minute, 12 Second

Ce sens aiguisé de l’excentricité traverse la carrière de Roach – cela, et un penchant pour les titres accrocheurs et composés d’un seul mot : « Bonk, « Gorgée, « Rigide, « Effrayer » (années 2010 « Emballage pour Mars” étant une exception bavarde). Comme le haïku, ces titres monosyllabiques sont chargés de sens, et « Fuzz » suit le modèle en évoquant à la fois les éléments à fourrure et leur tentative d’application. Sous la surface habile de sa prose court une préoccupation pour les occupations humaines. Vous pouvez le voir dans son attention aux cartes de visite et aux titres de poste, qu’elle collectionne comme une philatéliste faisant une descente dans un marché aux puces : spécialiste des conflits homme-éléphant, responsable des ours, Danger-Tree Faller-Blaster. Les institutions, avec leurs nombreuses ramifications bureaucratiques, offrent une sélection particulièrement riche de niches écologiques dans lesquelles découvrir des formes de vie hautement spécialisées. Dans « Grognement», son livre de 2016 sur « la science curieuse des humains en guerre », Roach a interviewé des conseillers en mode de l’armée américaine et des ingénieurs de bombes puantes, se réjouissant des découvertes telles qu’un groupe de travail Hook and Loop consacré à la quête d’un velcro plus silencieux. Cet engagement curieux et généreux avec ses sujets permet une lecture qui s’étend au monde, même s’il laisse d’autres questions en suspens, telles que la valeur d’investir autant d’efforts dans la conception de tenues plus confortables pour les tireurs d’élite.

#Critique #livre #Fuzz #Quand #nature #enfreint #loi #par #Mary #Roach

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *