Alexi McCammond et le désordre chez Teen Vogue? qui est vraiment un désordre Cond Nast

Vues: 16
0 0
Temps de lecture:11 Minute, 29 Second

Pourtant, au cours de sa courte carrière, McCammond avait acquis le type rare de monnaie de Washington qui se traduit par les centres de pouvoir de Manhattan: le buzz.

Ce fut une vague de buzz – ses succès de reportage juvéniles amplifiés par une célébrité de haut niveau et des apparitions vives et attrayantes à la télévision nationale – qui l’a aidée à se faire remarquer par Anna Wintour, la légendaire rédactrice en chef de Vogue et le top Condé Nast. exécutif, qui a embauché McCammond.

«Alexi a la forte curiosité et la confiance qui incarnent le meilleur de notre prochaine génération de dirigeants», a annoncé Wintour le 5 mars.

Quand tout s’est effondré en quelques jours – après un tollé du personnel sur les tweets anti-asiatiques que McCammond a postés en tant que recrue d’université – certains critiques ont vu une parabole sur une «culture d’annulation» impitoyable dans les médias d’élite. D’autres ont gloussé sur l’ironie de Condé Nast à la fois en embauchant et renvoyer une jeune femme noire dans ses tentatives agitées de s’aligner sur une poussée renouvelée pour la diversité.

« Condé a laissé tomber le ballon », a déclaré une personne familière avec les délibérations internes de l’entreprise, « et a laissé le personnel et Alexi s’occuper des retombées. »

Ces récits masquent cependant la dynamique plus complexe qui se déroule chez Condé Nast, un empire autrefois grand de l’édition qui lutte pour trouver son chemin dans un climat des affaires modifié – et qui n’est guère en mesure de se porter garant d’un nouvel employé sur des questions de race.

« Un million de filles mourrait pour ce travail. « 

Ce n’est pas vraiment Anna Wintour qui a dit ça. Mais il a été écrit sur la fictive Miranda Priestly, la rédactrice intimidante du magazine de mode dans le roman de 2003 «Le diable s’habille en Prada», écrit par un ancien assistant de Wintour.

Mais il a certainement capturé la philosophie de Condé Nast – une société qui comprenait non seulement Vogue, mais aussi des titres en corde de velours tels que Vanity Fair, GQ, le New Yorker, Architectural Digest et Condé Nast Traveler – à l’aube de ce siècle.

C’est une entreprise différente maintenant, les habitudes changeantes des lecteurs et des annonceurs à l’ère numérique ayant entamé toute l’industrie du magazine. Condé a diminué à la fois dans le budget et dans l’imagination populaire, perdant récemment 100 millions de dollars par an. Les pertes avaient été endiguées lorsque l’entreprise avait fermé plusieurs titres et licencié des travailleurs, et l’année dernière, un nouveau chef de la direction prévoyait un retour à la rentabilité en 2020. Mais ensuite, la pandémie a frappé.

En janvier, Bloomberg News signalé que Condé Nast envisageait autrefois impensable: réduire son bail à son élégant siège social de Lower Manhattan en déplaçant certaines opérations dans le New Jersey.

Pourtant, sa réputation est toujours importante, même si les salaires ont diminué et que les équipements tels que les services automobiles se sont taris. Et il a Wintour, le rédacteur en chef de Vogue qui pousse les enveloppes depuis plus de 30 ans qui peut encore faire ou défaire un créateur de mode, le courtier en puissance qui a transformé le gala annuel du Met en événement social de l’année à New York. Elle a récemment reçu la dernière d’une série de promotions pour devenir la conseillère en contenu mondial et la directrice du contenu de Condé.

Autre constante: ses éditeurs ont presque toujours possédé une certaine attractivité brillante.

Il n’était pas tout à fait surprenant qu’elle devienne un journaliste politique pour sa prochaine embauche de haut niveau. Wintour a toujours aimé Washington et le monde de la politique, avec des profils de Huma Abedin et Samantha Power dans les pages de Vogue. Collecte de fonds énergique pour Hillary Clinton, elle aurait bien pu être nommée ambassadrice au Royaume-Uni si 2016 s’était déroulée différemment.

Et McCammond n’était pas seulement le journaliste typique de Washington. Diplômée de l’Université de Chicago, elle a travaillé pour Axios, un point de vente à la recherche de buzz lancé en 2017 par des transfuges de Politico qui mettent l’accent sur les bulletins d’information légers et lourds et les conférences lucratives plutôt que sur la couverture de l’actualité traditionnelle. Stimulé et télégénique, McCammond est passé de la couverture des midterms 2018 à l’interview Joe Biden et Stacey Abrams sur les spéciaux HBO d’Axios pendant le cycle électoral 2020 et décrocher un contrat en tant que contributeur régulier de MSNBC.

Elle avait également montré une volonté de défier des personnalités plus importantes. En 2019, elle tweeté à propos de sa tentative de poser à la star de la NBA à la retraite Charles Barkley une question politique délicate, l’incitant à répondre par: «Je ne frappe pas les femmes, mais si je le faisais, je vous frapperais.» Barkley s’est excusé plus tard.

McCammond avait également attiré beaucoup d’attention pour avoir fréquenté TJ Ducklo, attaché de presse pour la campagne Biden. Après une histoire bouffie de People en février sur la façon dont elle s’est éloignée du battement de la Maison Blanche pour qu’ils puissent poursuivre une relation, Vanity Fair a rapporté que Ducklo avait menacé de «détruire» un journaliste de Politico qui avait auparavant tenté de briser l’histoire. Ducklo a été suspendu de son poste d’administration et a finalement démissionné.

Des sources à l’intérieur de Condé Nast, cependant, affirment que le mini-scandale n’était ni un facteur ni un inconvénient pour les intérêts de l’entreprise: McCammond était déjà dans le processus d’entrevue lorsque l’histoire a éclaté.

L’été dernier, les manifestations raciales dans les rues des États-Unis a commencé à résonner au sein des organisations médiatiques du pays, et Condé Nast, une société à prédominance blanche dont les titres célébraient fréquemment la vie des riches et célèbres, a fait l’objet d’un examen particulier de la part de ses propres employés. Les employés de Bon Appétit se sont plaints d’un système d’étoiles qui promouvait les employés blancs dans une série populaire de vidéos de cuisine tout en marginalisant les employés de couleur dans des apparences symboliques et non rémunérées. Le rédacteur en chef du magazine, Adam Rapoport, a démissionné après qu’une vieille photo de lui dans un costume d’Halloween se joue des stéréotypes portoricains.

Wintour a présenté ses excuses aux membres du personnel de Vogue pour «comportement blessant et intolérant» et a reconnu que le magazine n’avait «pas trouvé suffisamment de moyens pour élever et donner de l’espace» aux journalistes et designers noirs.

Ainsi, en début d’année, lorsque le New York Magazine a débauché la rédactrice en chef de Teen Vogue – Lindsay Peoples Wagner, une femme de 30 ans qui est l’une des rares femmes noires à avoir jamais dirigé un titre Condé Nast – Roger Lynch, PDG de Wintour et Condé peut avoir voulu envoyer un signal rassurant en choisissant un remplaçant. Dans McCammond, ils ont trouvé non seulement une journaliste qui se faisait remarquer pour son travail, mais aussi une jeune femme noire avec la beauté élégante de nombreux rédacteurs en chef Condé.

Mais ce faisant, Wintour semblait trahir une compréhension floue de Teen Vogue.

« Les Anna Wintours du monde ne comprennent pas ce que signifie la représentation authentique au-delà d’un niveau de surface », a déclaré Jezz Chung, conseiller en diversité chez Anomaly, une agence de publicité basée à New York. «Ils ont vu une femme de couleur mais n’ont pas fait le travail pour s’assurer qu’elle était la bonne pour cette organisation.»

Lancé en 2003, Teen Vogue est né comme une sorte de petite sœur de Vogue, remplie de conseils beauté et de mode. Mais il avait pris un virage difficile vers l’activisme en 2016, avec des morceaux tels que «Donald Trump est Gaslighting America», Environ un an avant que Condé ne mette fin à son édition imprimée en difficulté et ne l’utilise que sur le Web.

Son public jeune et libéral ne s’est pas avéré très lucratif pour Condé Nast, dont les dirigeants l’ont largement ignoré. Teen Vogue aurait peut-être été complètement fermé, sauf que son budget et son personnel d’environ 20 personnes le rendaient presque trop petit pour valoir la peine.

Condé Nast avait prévu de présenter McCammond au personnel de Teen Vogue avant que son embauche ne soit rendue publique – mais lorsque la nouvelle a commencé à fuir, ils ont précipité une annonce le vendredi 5 mars et ont en même temps organisé une courte téléconférence Zoom pour elle. avec le personnel. Wintour a envoyé un message à McCammond après la réunion et lui a dit que c’était un grand succès.

Mais le même jour, au moins deux membres du personnel de Teen Vogue ont reçu des courriels anonymes les alertant sur les anciens tweets de McCammond.

Ce n’était rien de nouveau: ils avaient déjà été refaits à la surface par des trolls de droite après l’incident de Barkley en 2019. Lorsque les membres du personnel ont alerté le service des ressources humaines de Condé Nast, ils ont obtenu la ligne de l’entreprise: que McCammond avait déjà supprimé et s’est excusé pour eux.

Quoi qu’il en soit, dimanche, les anciens tweets de McCammond étaient à nouveau largement diffusés.

«Parlons de Condé Nast HR et de cette embauche douteuse pour Teen Vogue EIC», a écrit Diana Tsui, la directrice éditoriale de l’Infatuation, dans un message republié par Diet Prada, un compte Instagram devenu un chien de garde bien lu de l’industrie. Oui, McCammond s’était excusée pour ses tweets «profondément insensibles» en 2019, mais «seulement après que les gens les aient attrapés», a écrit Tsui. «Ils ne sont pas insensibles, ils sont racistes.»

Le message présentait des captures d’écran des anciens tweets, dont un dans lequel McCammond se plaignait d’un «stupide TA asiatique», faisant référence à une assistante d’enseignement, et une autre où elle déclarait qu’elle «cherchait sur google comment ne pas se réveiller avec des yeux gonflés et asiatiques».

Les employés de Teen Vogue – qui, contrairement à la plupart des employés de Condé Nast, produisent un travail qui vit et meurt exclusivement sur Internet – ont profondément ressenti le choc.

«Nous étions tous déchirés dans les commentaires et sur Instagram, et il nous semblait injuste de voir tout le travail que nous faisions être renvoyé à cause des tweets d’Alexi», a déclaré l’un d’eux.

Ils se sont sentis encore plus aveugles lors d’une réunion que Wintour a organisée pour eux de partager leurs préoccupations. Le personnel ignorait que McCammond avait été invitée jusqu’à ce qu’elle soit présentée devant la caméra.

Beaucoup d’entre eux ont par la suite exprimé leur sympathie personnelle pour leur futur rédacteur en chef, qui avait exprimé le désir d’aider à regagner la confiance des lecteurs de Teen Vogue, ce qu’ils n’avaient entendu aucun autre dirigeant de Condé Nast exprimer.

Pourtant, Peoples Wagner avait également pris contact avec son ancien personnel pour leur faire savoir qu’elle n’avait pas mis McCammond sur sa liste de successeurs proposés – et qu’en fait, elle avait averti Condé Nast que les anciens tweets pourraient réapparaître comme un problème.

Après la réunion, certains membres du personnel de Teen Vogue ont pris leurs distances avec McCammond dans une déclaration commune partagée sur les réseaux sociaux: «Nous avons bâti la réputation de notre point de vente en tant que voix pour la justice et le changement – nous sommes extrêmement fiers de notre travail et de la création d’un environnement inclusif , » ils ont écrit.

McCammond a envoyé des excuses au personnel et a organisé des rencontres individuelles pour s’expliquer.

Les dirigeants de Condé Nast ont déclaré avoir discuté des tweets de McCammond avec elle à plusieurs reprises au cours du processus d’entrevue et ont considéré la contrition de McCammond dans ces conversations et ses excuses de 2019 comme suffisantes pour le pardon. Pour les membres du personnel de Teen Vogue, cependant, il était frustrant d’apprendre que les supérieurs étaient au courant des tweets de McCammond et l’avaient embauchée de toute façon sans les préparer à ce qui semblait être un scandale inévitable.

«Ce qu’ils n’ont pas réalisé, c’est qu’il y a des excuses et ensuite il y a des amendes», a déclaré Bonnie Morrison, consultante en diversité et ancienne employée de Men’s Vogue. «Toute l’industrie de la mode tourne autour d’Anna Wintour depuis des années, et elle n’est pas une personne bien placée pour déterminer quelles excuses sont suffisantes. Elle n’a pas non plus l’habitude de perdre le contrôle d’une situation.

Les hits ont continué à venir. Le 10 mars, Ulta Beauty – un annonceur majeur confronté à ses propres pressions après des accusations de profilage racial de clients – a suspendu sa campagne à sept chiffres avec Teen Vogue, qui devait initialement présenter Peoples Wagner. Et après des jours de critiques de la gauche, le 15 mars, le site de droite National Pulse a déniché d’autres vieux tweets universitaires de McCammond portant une tenue traditionnelle amérindienne comme costume d’Halloween.

Ce fut une leçon pour Condé Nast sur les limites de son influence dans un monde uniquement numérique qui fonctionne selon des règles décidément différentes de celles qu’il avait maîtrisées lors de la montée en puissance de l’entreprise.

Le 18 mars – deux jours après qu’un tireur de masse ait tué huit personnes, dont six femmes asiatiques, dans la région d’Atlanta – Condé Nast et McCammond ont annoncé qu’elle ne rejoindrait pas la publication après tout. Le nom de Wintour n’était nulle part sur cette version. Et McCammond était sans emploi qu’elle n’avait pas encore eu la chance de commencer.

Pendant ce temps, le compte Twitter de Teen Vogue est devenu silencieux depuis le lendemain de son éviction – juste avant que son responsable des médias sociaux, qui avait été franc au sujet de l’embauche de McCammond, soit lui-même appelé pour avoir utilisé le n-mot dans des publications il y a longtemps.

La recherche du prochain rédacteur en chef est en cours.



#Alexi #McCammond #désordre #chez #Teen #Vogue #qui #est #vraiment #désordre #Cond #Nast

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *